« Le souffle est le pont qui relie la vie à la conscience, qui unit votre corps à vos pensées. Chaque fois que votre esprit se disperse, utilisez votre souffle comme moyen de reprendre possession de votre esprit ».
– Thich Nhat Hanh, Le miracle de la pleine conscience

La méditation a connu une explosion de popularité au cours de la dernière décennie. La diversité des techniques de méditation est vaste ; avec une recherche rapide sur Youtube, on peut pratiquer la méditation de mantras, la méditation de l’amour bienveillant, la méditation des sons et même la méditation du sexe. Ici, en Occident, nous gravitons principalement vers une technique appelée Vipassana, ou « méditation de Pleine Conscience« .
Indépendamment de la tradition ou de la technique, une chose semble être omniprésente dans le monde de la méditation : l’accent mis sur la concentration de la respiration.
Mais notre respiration est une chose particulière sur laquelle il faut se concentrer, et beaucoup de personnes qui débutent dans la méditation se demandent pourquoi la respiration fait l’objet d’une attention particulière en premier lieu.
Le Bouddha aimait faire des listes, notamment la voie octuple, les 4 nobles vérités et les 5 préceptes. Voici ma liste des raisons pour lesquelles le souffle est la pièce maîtresse de la méditation.

 Respiration calme

1. La respiration est ancrée dans le moment présent

L’une des principales raisons pour lesquelles les gens commencent à méditer est de se sentir plus présents dans leur vie quotidienne. J’aime à penser que la présence est le contraire de l’absence ; plutôt que d’être  » contrôlé  » dans des pensées du passé et du futur, la concentration nous apprend à être plus conscient dans le moment présent, à être en accord avec nos paysages intérieurs et extérieurs.
Ainsi, pour se sentir plus présent, il est logique d’entraîner notre cerveau à se concentrer sur quelque chose qui est intrinsèquement enraciné dans le moment présent. Entrez dans le souffle. Réfléchissez à ceci : pouvez-vous respirer le passé ou le futur ?
La respiration offre toujours la possibilité d’établir une connexion ressentie avec ce qui se passe ici et maintenant. Si votre esprit est vraiment concentré sur la respiration, il est impossible de ruminer simultanément sur le passé ou de rêver à l’avenir, ce qui, comme l’ont montré les recherches, entraîne souvent des sentiments d’anxiété et de malheur. L’ancrage dans le moment présent nous permet de nous sentir plus joyeux et en phase avec le monde qui nous entoure, et la respiration est le meilleur outil pour y parvenir.

2. La respiration est toujours présente.

Du moment où tu nais jusqu’à celui où tu meurs, ton souffle va être ton compagnon. Si vous aviez un jumeau siamois avec lequel vous vivriez côte à côte toute votre vie, vous voudriez probablement être en bons termes.
D’une certaine manière, la méditation est l’art de développer une relation avec votre souffle qui invite à mettre en avant les qualités d’équilibre, de concentration et de tranquillité d’esprit. Ce faisant, votre souffle peut devenir votre super-héros, sautant dans le vide pour vous délivrer du jour où votre esprit est frappé par la négativité.

3. Votre respiration est la télécommande de votre cerveau

Il existe une relation biochimique directe et bien étudiée entre votre respiration et votre cerveau. En vous concentrant sur votre respiration, vous pouvez pirater manuellement votre cerveau pour créer des états de conscience modifiés.
C’est fascinant quand on y pense. En choisissant consciemment de diriger votre conscience vers vos inspirations et vos expirations (ce qui se produit toujours de toute façon), vous pouvez en fait inverser le commutateur des circuits de votre cerveau pour passer du système nerveux sympathique (combat ou fuite) au système nerveux parasympathique (repos et digestion).
PS : Si vous souhaitez en savoir plus sur la science de la méditation, consultez ma série sur les habitudes simples.

Respiration consciente
4. C’est votre repère mental

Une autre découverte intrigante à laquelle les méditants arrivent souvent est que la façon dont nous respirons à tout moment est un reflet frappant de la façon dont notre esprit se conduit.
Comme le dit l’écrivain Charlie Ambler :

Parfois, la respiration change en fonction de notre état pendant la méditation. Parfois, nous nous accrochons à nos pensées et ne pouvons pas nous empêcher de nous y laisser prendre. Cela peut provoquer un stress et une tension dans la respiration. Parfois, nous entrons vraiment dans un état de conscience pure et les pensées cessent de nous déranger.

Dans le Zen, cela s’appelle shikantaza, ou « juste s’asseoir ». Lorsque nous sommes simplement assis, la respiration ralentit souvent en fonction de notre état de réflexion calme. La méditation et la respiration nous apprend que le corps et l’esprit ne sont pas séparés, mais qu’ils ne font qu’un. Toutes vos réponses, mentales et physiques, proviennent de la même conscience et du même souffle.
Si vous trouvez que votre respiration est superficielle, rapide et malaisée, il y a de fortes chances que votre esprit soit stressé (comme c’est le cas lorsque vous vous sentez effrayé ou frustré). La prochaine fois que vous aurez une dispute ou que vous vous sentirez anxieux face à une échéance prochaine, remarquez à quoi ressemble votre respiration et vous constaterez probablement qu’il y a une asymétrie dans son flux naturel.
L’inverse est tout aussi vrai. Si votre respiration est lente, facile et délibérée, votre esprit est probablement bien installé (comme lorsque vous lisez un bon livre ou écoutez de la musique douce). Faites attention à la fluidité de votre respiration la prochaine fois que vous vous sentirez super détendu.
C’est une expérience agréable que vous pouvez essayer à tout moment.
Le fait est qu’à tout moment, vous pouvez obtenir un signal assez clair sur l’état de votre esprit en observant simplement votre respiration. Comme j’aime à le dire : L’espace mental que nous occupons s’exprime sous la forme de la respiration.

5. La respiration nous apprend à lâcher prise

Vous venez de terminer votre dernier examen du semestre, et vous êtes enfin libre pour l’été. Quel est le bruit de votre respiration ? Fais-le avec moi… un soupir de soulagement.
L’art de lâcher prise vit dans notre expiration. En tant qu’humains, nous avons tendance à mettre en bouteille nos émotions négatives et à les emporter avec nous partout où nous allons. Notre esprit est comme un aimant à soucis – avez-vous déjà senti l’énergie d’une réunion ou d’une conversation négative se déverser dans la chose suivante ?
En expirant avec l’intention de se libérer, il devient beaucoup plus facile de laisser de côté les problèmes et de se concentrer plutôt sur ce qui est juste en face de nous. En bref, c’est ce que les bouddhistes appellent le « non-attachement« .
De cette façon, vous pouvez considérer l’expiration comme un pot d’entraînement pour votre esprit : il vous aide à expirer toutes les saletés que vous avez dans le cerveau. Si vous recherchez un exercice de méditation vous pouvez lire l’article Exercice 5 minutes méditation et respiration.

La méditation est une pratique universelle, et le souffle est un langage universel. Ce n’est pas une coïncidence si presque toutes les traditions spirituelles du monde ont quelque chose à dire sur l’importance de la respiration.
En effet, de nombreuses religions considèrent le souffle comme un symbole sacré de la vie elle-même. L’expiration est symbolique en tant qu’acte radical d’abandon ; lâcher ce qui n’est plus nécessaire et se libérer dans le vide ; en quelque sorte, la mort. D’autre part, lorsque nous inspirons, nous nous remplissons de force vitale (Qi, Prana, Shakti), alimentant notre esprit et notre corps en énergie créative. Ce cycle d’inspiration et d’expiration est un microcosme de la vie et de la mort.
En fin de compte, la méditation nous offre une invitation très profonde : utiliser la simplicité d’une inspiration et d’une expiration pour transformer radicalement l’encombrement de votre esprit afin de calmer et de clarifier la conscience. C’est ce don qui fait du travail respiratoire le fondement de la pratique contemplative.
Dans notre quête de liberté intérieure, il semble qu’une bonne respiration profonde est tout ce dont nous avons besoin pour apprécier la beauté simple de ce moment présent.

5 raisons pour lesquelles la respiration est au centre de la méditation
4.9 (98%) 32 votes