CRIAVS-CENTRE
Centre Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles

mercredi, 17 octobre 2018 14:52

Références bibliographiques octobre 2018

ARTICLES FRANCOPHONES

 

 

 

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

 

 

 

DELARUE J.M., et al. Auteurs de violences sexuelles : prévention, évaluation, prise en charge.  Rapport de la Commission d’audition du 17 juin 2018. Paris : Audition Publique, 14-15 juin 2018.

 

Le rapport est consultable :

 

Au centre de documentation du Criavs Centre-Val de Loire

 

sur le site du Criavs Centre-Val de Loire : http://criavs-centre.fr

 

sur le site de la Fédération des Criavs : https://www.ffcriavs.org/la-federation/audition-publique/

 

Ce rapport est la synthèse de l’audition publique sur le thème « Auteurs de violences sexuelles : prévention, évaluation, prise en charge » qui a été conduite à l’initiative de la Fédération Française des Centres Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles (FFCRIAVS) et sous le haut patronage de Mme Agnès Buzyn,  ministre des Solidarités et de la Santé.

 

Il comprend 35 propositions, concernant les agresseurs sexuels, destinées à renforcer la lutte contre les violences sexuelles.

 

 

 

PELLERIN B., ST-YVES M., GUAY J.P. La théorie de l’abusé-abuseur en délinquance sexuelle : Qui dit vrai ? Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice. Vol. 45 –

 

n° 1, janvier 2003, pp. 81-98

 

L’étude vise à comparer des délinquants sexuels qui affirment avoir été abusés sexuellement dans le passé (n=137) avec des délinquants sexuels qui ne rapportent aucune victimisation sexuelle (n=141). Les résultats montrent que les délinquants-victimes sont plus nombreux à avoir été exposés à des modèles familiaux inadéquats, à avoir manifesté certains troubles du comportement avant l’âge de 18 ans et à avoir des antécédents judiciaires pour des crimes sexuels. Ils ont également connu une vie sexuelle plus précoce et se considèrent moins compétents sur le plan sexuel que les délinquants non victimes. Malgré les différences observées entre les 2 groupes de délinquants sexuels, des analyses de covariance révèlent que les troubles du comportement et le développement sexuel sont  davantage influencés par l’exposition à des modèles familiaux inadéquats qua par la victimisation sexuelle. Dans le développement de la délinquance sexuelle et, par conséquent, méritent plus d’attention des chercheurs et des cliniciens.  (Résumé d’éditeur).

 

 

 

LO PICCOLO G.  Groupe et médiation auprès d’adolescents auteurs de violences

 

sexuelles.  Le journal des psychologues. N° 361, 2018/9, pp. 34-39

 

L’introduction de la médiation photographique dans l’espace thérapeutique par le biais du photolangage favoriserait les processus de lien et de symbolisation dans la situation groupale et mettrait en mouvement des processus de contenance et de transformation de la réalité psychique. Une méthode appréhendée dans la prise en charge groupale d’adolescents auteurs de violences sexuelles, dans un contexte d’obligation de soin. (Résumé d’éditeur).

 

 

 

ARTICLES IN PRESS

 

 

 

SOULET E., GARCIA M., ROUCHY E., DELANNOY D., COCHEZ F., PHAM T., MICHEL G.  Psychopathie et risque de récidive sexuelle : analyse critique de la littérature scientifique.  Annales médico-psychologiques, 2018.  In Press (Article en pré publication)

 

L’article recense les études réalisées entre 1992 et 2017 ayant pour objet d’étude la relation entre psychopathie et risque de récidive sexuelle. Si la majorité des recherches semble faire état d’une association positive entre la personnalité psychopathique et le risque de récidive, la nature de cette relation est beaucoup plus complexe en ce qui concerne les recours à l’acte sexuel répétés. Aussi les auteurs ont procédé à un examen approfondi des études déjà réalisées, ceci afin de clarifier l’état actuel des connaissances relatives à cette relation. Ainsi, à l’aide de différents mots-clés (« psychopathy » OR « psychopathic traits » OR « psychopathic personality » OR « PCL-R » AND « sexual recidivisme » OR « persistent sexual offenders ») et à partir de plusieurs bases de données bibliographiques (PubMed , Science Direct et PsycInfo), 24 études effectuées sur cette thématique ont été retenues. Les résultats confirment que la psychopathie apparaît comme un facteur de risque du récidivisme sexuel important mais seulement pour une partie des études. En effet, certaines ont également souligné la présence d’autres facteurs de risque souvent trop peu considérés tels que la déviance sexuelle, le mésusage d’alcool, l’échec au traitement, ou encore les dysfonctionnements cérébraux. Notons également une diversité des méthodologies employées pouvant participer à l’explication des résultats contrastés. En conclusion, la personnalité psychopathique est importante à prendre en compte dans la prévention du risque de récidive sexuelle, mais elle n’est pas suffisante pour constituer un indice prédicteur unique. Dans cette perspective, les auteurs discuterons des liens entre psychopathie et facteurs associés au risque de récidive sexuelle tant d’un point thérapeutique que préventif. (Résumé d’éditeur).

 

 

 

OSWALD P., DUCRO C., ALVAREZ L., PHAM T. Evaluation du sadisme sexuel sévère dans une population médico-légale. Validation francophone de la Sexual Sadism Scale (SESAS).  Annales médico-psychologiques, 2018.  In Press (Article en pré publication)

 

Le sadisme sexuel est associé à un risque élevé de violence sexuelle et de dangerosité générale chez les agresseurs sexuels. Or, son évaluation se heurte à des critères diagnostiques vagues et fait appel à des méthodes idiosyncrasiques qui demandent aux évaluateurs d’inférer les motivations et fantasmes sadiques des individus. La Sexual Sadism Scale (SESAS) est une échelle cumulative qui se base exclusivement sur des éléments de la scène de crime et qui a montré tant une bonne sensibilité qu’une bonne spécificité quant au diagnostic clinique de sadisme sexuel. L’objectif de notre étude est la validation en français de la SESAS. A partir d’un échantillon de 62 agresseurs sexuels, deux évaluateurs ont utilisé une version traduite de la SESAS. Les différentes analyses statistiques nous ont permis de considérer la version francophone de la SESAS comme un outil fiable d’évaluation du sadisme sexuel dans une population médico-légale et de confirmer l’hypothèse dimensionnelle du trouble. (Résumé d’éditeur).

 

 

 

PORNOGRAPHIE  

 

 

 

Le porno est-il devenu un problème de santé publique ? Article parudans  Le quotidien du médecin,  octobre 2018, n° 9692, pp. 12-13

 

 

 

Face au trop plein d’images pornographiques en libre accès sur internet, la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes voudrait imposer des filtres aux éditeurs afin de protéger les mineurs. Sur le sujet, les spécialistes sont partagés sur l’urgence de la situation.

 

Pour le médecin généraliste Gilles Lazimi qui intervient depuis longtemps sur les violences familiales, « il y a lieu bien sûr de protéger les jeunes des contenus webs choquants en les rendant moins accessibles. Mais pour autant la pornographie n’est pas responsable de tous les débordements sexuels ou sexistes. Et il ne faudrait pas, selon lui, oublier le rôle central de la famille et sa responsabilité dans le contrôle et l’éducation des enfants. »

 

Le psychiatre Laurent Karila, spécialiste d’addictologie, s’inquiète de l’exposition de plus en plus fréquente des jeunes à la pornographie sur internet. « Il y a risque de séquelles psychologiques pour les plus jeunes et de troubles hypersexuels, alerte le psychiatre, qui estime que les programmes d’éducation sexuelle doivent intégrer cette nouvelle donne. »

 

 

 

SECRET MEDICAL

 

 

 

LACAMBRE M. Le secret médical est-il opposable au paranoïaque ?  Annales Médico-Psychologiques, 176, 2018, pp. 697-701.

 

Le secret médical est l’objet d’une attention particulière dans les soins, en particulier auprès du sujet paranoïaque. Dans son article l’auteur rappelle le cadre législatif et règlementaire ainsi que ses dernières évolutions autour de l’échange d’informations. Car, bien que le secret soit général et absolu, le partage d’information est nécessaire mais encadré, et doit rester pertinent et non excessif, dans le cadre d’un processus continu avant, pendant et après la réalisation d’un  soin. Par ailleurs, de nombreuses dérogations existent tant du côté de la révélation (signalement, soins sans consentement en péril imminent, menace pour l’ordre public) que du côté de la rétention (délais et conditions stricts de remise de copie du dossier médical aux patients ou à des tiers, non-révélation du diagnostic ou du pronostic.. .). C’est pourquoi, face au « malade du secret » qu’est le patient paranoïaque, le médecin se doit d’être exemplaire.  (Résumé d’éditeur).

 

 

 

VIOLENCES

 

 

 

GRATTON E. , CHAMBERT C. , VITET C.  Groupe de parole sur les violences « Quand l’écho permet la passe ». Dialogue,n° 221, 2018/3, pp. 49-62 

 

Aborder la violence telle qu’elle résonne en chacun dans son actualité singulière et proposer d’en faire « l’écho » collectivement, telle est l’invitation du dispositif en groupe de parole évoqué dans cet article. L’approche des auteurs définit la violence comme polysémique, polymorphe, continuelle, originaire, centrale et problématique. Chacun peut en faire l’expérience au cours de son existence dans divers champs, familial, professionnel, social, voire dans plusieurs, successivement ou simultanément, et selon des positions subjectives variables – auteurs, victimes ou témoins – ou selon encore des configurations complexes. Deux cas cliniques éclairent en quoi le dispositif « groupe de parole » favorise le passage, « la passe », d’une violence programmée par un sujet vers une métabolisation de, ses effets.  

 

(Résumé d’éditeur).

 

ARTICLES ANGLOPHONES

 

 

 

Articles parus dans le bulletin de la Fédération des Criavs du 29 septembre 2018 au 5 octobre 2019

 

 

 

An Opportunity View of Child Sexual Offending: Investigating Nonpersuasion and Circumstances of Offending Through Criminological Lens

 

2 oct. 2018

 

LECLERC Benoît ; PROULX Jean [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 869-882

 

Are Latinos Who Commit Sexual Offenses Different? A Closer Examination of Characteristics and Offense Patterns

 

2 oct. 2018

 

FRAGA DOMINGUEZ Silvia ; JEGLIC Elizabeth ; CALKINS Cynthia ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 846-868

 

Sex Offenders in Prison: Are They Socially Isolated?

 

2 oct. 2018

 

VAN DER BERG Chantal ; BEIJERSBERGEN Karin ; NIEUWBEERTA Paul ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 828-845

 

Patterns of Adverse Childhood Experiences in Juveniles Who Sexually Offended

 

1 oct. 2018

 

BARRA Steffen ; BESSLER Cornelia ; LANDOLT Markus A ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 803-827

 

Approach and Avoidance Tendencies Toward Picture Stimuli of (Pre-)Pubescent Children and Adults: An Investigation in Pedophilic and Nonpedophilic Samples

 

1 oct. 2018

 

WEIDACKER Kathrin ; KÄRGEL Christian ; MASSAU Claudia ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 781-802

 

 

 

Articles parus dans le bulletin de la Fédération des Criavs du 6 au 12 octobre 2018

 

 

 

What does it mean when age is related to recidivism among sex offenders?

 

8 oct. 2018

 

RICE Marnie E. ; HARRIS Grant T. [Article] Law and Human Behavior . Vol.38 - N°2, April 2014. pp. 151-161

 

The home-field advantage and the perils of professional judgment: Evaluating the performance of the Static-99R and the MnSOST-3 in predicting sexual recidivism

 

8 oct. 2018

 

DUWE Grant ; ROCQUES Michael [Article] Law and Human Behavior . Vol.42 - N°3, June 2018. pp. 269-279

 

The Screening Scale for Pedophilic Interests (SSPI): Construct, Predictive, and Incremental Validity

 

8 oct. 2018

 

HELMUS Leslie ; Ó CIARDHA Caoilte ; SETO Michael C. [Article] Law and Human Behavior . Vol.39 - N°1, February 2015. pp. 35-43

 

The Preference for Strangulation in a Sexually Motivated Serial Killer

 

8 oct. 2018

 

PETTIGREW Mark [Article] International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology . In Press, Online First 

 

 

 

 

ARTICLES FRANCOPHONES
AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES
DELARUE J.M., et al. Auteurs de violences sexuelles : prévention, évaluation, prise en
charge. Rapport de la Commission d’audition du 17 juin 2018. Paris : Audition Publique,
14-15 juin 2018.
Le rapport est consultable :
Au centre de documentation du Criavs Centre-Val de Loire
sur le site du Criavs Centre-Val de Loire : http://criavs-centre.fr
sur le site de la Fédération des Criavs : https://www.ffcriavs.org/la-federation/auditionpublique/
Ce rapport est la synthèse de l’audition publique sur le thème « Auteurs de violences
sexuelles : prévention, évaluation, prise en charge » qui a été conduite à l’initiative de la
Fédération Française des Centres Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de
Violences Sexuelles (FFCRIAVS) et sous le haut patronage de Mme Agnès Buzyn, ministre
des Solidarités et de la Santé.
Il comprend 35 propositions, concernant les agresseurs sexuels, destinées à renforcer la
lutte contre les violences sexuelles.
PELLERIN B., ST-YVES M., GUAY J.P. La théorie de l’abusé-abuseur en délinquance
sexuelle : Qui dit vrai ? Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice. Vol. 45 –
n° 1, janvier 2003, pp. 81-98
L’étude vise à comparer des délinquants sexuels qui affirment avoir été abusés sexuellement
dans le passé (n=137) avec des délinquants sexuels qui ne rapportent aucune victimisation
sexuelle (n=141). Les résultats montrent que les délinquants-victimes sont plus nombreux à
avoir été exposés à des modèles familiaux inadéquats, à avoir manifesté certains troubles du
comportement avant l’âge de 18 ans et à avoir des antécédents judiciaires pour des crimes
sexuels. Ils ont également connu une vie sexuelle plus précoce et se considèrent moins
compétents sur le plan sexuel que les délinquants non victimes. Malgré les différences
observées entre les 2 groupes de délinquants sexuels, des analyses de covariance révèlent
que les troubles du comportement et le développement sexuel sont davantage influencés
par l’exposition à des modèles familiaux inadéquats qua par la victimisation sexuelle. Dans le
développement de la délinquance sexuelle et, par conséquent, méritent plus d’attention des
chercheurs et des cliniciens. (Résumé d’éditeur).
LO PICCOLO G. Groupe et médiation auprès d’adolescents auteurs de violences
sexuelles. Le journal des psychologues. N° 361, 2018/9, pp. 34-39
L’introduction de la médiation photographique dans l’espace thérapeutique par le biais du
photolangage favoriserait les processus de lien et de symbolisation dans la situation
groupale et mettrait en mouvement des processus de contenance et de transformation de la
réalité psychique. Une méthode appréhendée dans la prise en charge groupale
d’adolescents auteurs de violences sexuelles, dans un contexte d’obligation de soin.
(Résumé d’éditeur).
ARTICLES IN PRESS
SOULET E., GARCIA M., ROUCHY E., DELANNOY D., COCHEZ F., PHAM T., MICHEL G.
Psychopathie et risque de récidive sexuelle : analyse critique de la littérature
scientifique. Annales médico-psychologiques, 2018. In Press (Article en pré publication)
L’article recense les études réalisées entre 1992 et 2017 ayant pour objet d’étude la relation
entre psychopathie et risque de récidive sexuelle. Si la majorité des recherches semble faire
état d’une association positive entre la personnalité psychopathique et le risque de récidive,
la nature de cette relation est beaucoup plus complexe en ce qui concerne les recours à
l’acte sexuel répétés. Aussi les auteurs ont procédé à un examen approfondi des études déjà
réalisées, ceci afin de clarifier l’état actuel des connaissances relatives à cette relation. Ainsi,
à l’aide de différents mots-clés (« psychopathy » OR « psychopathic traits » OR
« psychopathic personality » OR « PCL-R » AND « sexual recidivisme » OR « persistent
sexual offenders ») et à partir de plusieurs bases de données bibliographiques (PubMed ,
Science Direct et PsycInfo), 24 études effectuées sur cette thématique ont été retenues. Les
résultats confirment que la psychopathie apparaît comme un facteur de risque du récidivisme
sexuel important mais seulement pour une partie des études. En effet, certaines ont
également souligné la présence d’autres facteurs de risque souvent trop peu considérés tels
que la déviance sexuelle, le mésusage d’alcool, l’échec au traitement, ou encore les
dysfonctionnements cérébraux. Notons également une diversité des méthodologies
employées pouvant participer à l’explication des résultats contrastés. En conclusion, la
personnalité psychopathique est importante à prendre en compte dans la prévention du
risque de récidive sexuelle, mais elle n’est pas suffisante pour constituer un indice prédicteur
unique. Dans cette perspective, les auteurs discuterons des liens entre psychopathie et
facteurs associés au risque de récidive sexuelle tant d’un point thérapeutique que préventif.
(Résumé d’éditeur).
OSWALD P., DUCRO C., ALVAREZ L., PHAM T. Evaluation du sadisme sexuel sévère
dans une population médico-légale. Validation francophone de la Sexual Sadism Scale
(SESAS). Annales médico-psychologiques, 2018. In Press (Article en pré publication)
Le sadisme sexuel est associé à un risque élevé de violence sexuelle et de dangerosité
générale chez les agresseurs sexuels. Or, son évaluation se heurte à des critères
diagnostiques vagues et fait appel à des méthodes idiosyncrasiques qui demandent aux
évaluateurs d’inférer les motivations et fantasmes sadiques des individus. La Sexual Sadism
Scale (SESAS) est une échelle cumulative qui se base exclusivement sur des éléments de la
scène de crime et qui a montré tant une bonne sensibilité qu’une bonne spécificité quant au
diagnostic clinique de sadisme sexuel. L’objectif de notre étude est la validation en français
de la SESAS. A partir d’un échantillon de 62 agresseurs sexuels, deux évaluateurs ont utilisé
une version traduite de la SESAS. Les différentes analyses statistiques nous ont permis de
considérer la version francophone de la SESAS comme un outil fiable d’évaluation du
sadisme sexuel dans une population médico-légale et de confirmer l’hypothèse
dimensionnelle du trouble. (Résumé d’éditeur).
PORNOGRAPHIE
Le porno est-il devenu un problème de santé publique ? Article paru dans Le quotidien
du médecin, octobre 2018, n° 9692, pp. 12-13
Face au trop plein d’images pornographiques en libre accès sur internet, la secrétaire d’Etat
chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes voudrait imposer des filtres aux
éditeurs afin de protéger les mineurs. Sur le sujet, les spécialistes sont partagés sur
l’urgence de la situation.
Pour le médecin généraliste Gilles Lazimi qui intervient depuis longtemps sur les
violences familiales, « il y a lieu bien sûr de protéger les jeunes des contenus webs
choquants en les rendant moins accessibles. Mais pour autant la pornographie n’est pas
responsable de tous les débordements sexuels ou sexistes. Et il ne faudrait pas, selon lui,
oublier le rôle central de la famille et sa responsabilité dans le contrôle et l’éducation des
enfants. »
Le psychiatre Laurent Karila, spécialiste d’addictologie, s’inquiète de l’exposition de plus
en plus fréquente des jeunes à la pornographie sur internet. « Il y a risque de séquelles
psychologiques pour les plus jeunes et de troubles hypersexuels, alerte le psychiatre, qui
estime que les programmes d’éducation sexuelle doivent intégrer cette nouvelle donne. »
SECRET MEDICAL
LACAMBRE M. Le secret médical est-il opposable au paranoïaque ? Annales Médico-
Psychologiques, 176, 2018, pp. 697-701.
Le secret médical est l’objet d’une attention particulière dans les soins, en particulier auprès
du sujet paranoïaque. Dans son article l’auteur rappelle le cadre législatif et règlementaire
ainsi que ses dernières évolutions autour de l’échange d’informations. Car, bien que le secret
soit général et absolu, le partage d’information est nécessaire mais encadré, et doit rester
pertinent et non excessif, dans le cadre d’un processus continu avant, pendant et après la
réalisation d’un soin. Par ailleurs, de nombreuses dérogations existent tant du côté de la
révélation (signalement, soins sans consentement en péril imminent, menace pour l’ordre
public) que du côté de la rétention (délais et conditions stricts de remise de copie du dossier
médical aux patients ou à des tiers, non-révélation du diagnostic ou du pronostic.. .). C’est
pourquoi, face au « malade du secret » qu’est le patient paranoïaque, le médecin se doit
d’être exemplaire. (Résumé d’éditeur).
VIOLENCES
GRATTON E. , CHAMBERT C. , VITET C. Groupe de parole sur les violences « Quand
l’écho permet la passe ». Dialogue, n° 221, 2018/3, pp. 49-62
Aborder la violence telle qu’elle résonne en chacun dans son actualité singulière et proposer
d’en faire « l’écho » collectivement, telle est l’invitation du dispositif en groupe de parole
évoqué dans cet article. L’approche des auteurs définit la violence comme polysémique,
polymorphe, continuelle, originaire, centrale et problématique. Chacun peut en faire
l’expérience au cours de son existence dans divers champs, familial, professionnel, social,
voire dans plusieurs, successivement ou simultanément, et selon des positions subjectives
variables – auteurs, victimes ou témoins – ou selon encore des configurations complexes.
Deux cas cliniques éclairent en quoi le dispositif « groupe de parole » favorise le passage,
« la passe », d’une violence programmée par un sujet vers une métabolisation de, ses effets.
(Résumé d’éditeur).
ARTICLES ANGLOPHONES
Articles parus dans le bulletin de la Fédération des Criavs du 29 septembre 2018 au 5
octobre 2019
An Opportunity View of Child Sexual Offending: Investigating Nonpersuasion and Circumstances
of Offending Through Criminological Lens
2 oct. 2018
LECLERC Benoît ; PROULX Jean [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7,
October 2018. pp. 869-882
Are Latinos Who Commit Sexual Offenses Different? A Closer Examination of Characteristics and
Offense Patterns
2 oct. 2018
FRAGA DOMINGUEZ Silvia ; JEGLIC Elizabeth ; CALKINS Cynthia ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of
Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 846-868
Sex Offenders in Prison: Are They Socially Isolated?
2 oct. 2018
VAN DER BERG Chantal ; BEIJERSBERGEN Karin ; NIEUWBEERTA Paul ; et al. [Article] Sexual Abuse: A
Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 828-845
Patterns of Adverse Childhood Experiences in Juveniles Who Sexually Offended
1 oct. 2018
BARRA Steffen ; BESSLER Cornelia ; LANDOLT Markus A ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of
Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 803-827
Approach and Avoidance Tendencies Toward Picture Stimuli of (Pre-)Pubescent Children and
Adults: An Investigation in Pedophilic and Nonpedophilic Samples
1 oct. 2018
WEIDACKER Kathrin ; KÄRGEL Christian ; MASSAU Claudia ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of
Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 781-802
Articles parus dans le bulletin de la Fédération des Criavs du 6 au 12 octobre 2018
What does it mean when age is related to recidivism among sex offenders?
8 oct. 2018
RICE Marnie E. ; HARRIS Grant T. [Article] Law and Human Behavior . Vol.38 - N°2, April 2014. pp. 151-161
The home-field advantage and the perils of professional judgment: Evaluating the performance of
the Static-99R and the MnSOST-3 in predicting sexual recidivism
8 oct. 2018
DUWE Grant ; ROCQUES Michael [Article] Law and Human Behavior . Vol.42 - N°3, June 2018. pp. 269-279
The Screening Scale for Pedophilic Interests (SSPI): Construct, Predictive, and Incremental Validity
8 oct. 2018
HELMUS Leslie ; Ó CIARDHA Caoilte ; SETO Michael C. [Article] Law and Human Behavior . Vol.39 - N°1,
February 2015. pp. 35-43
The Preference for Strangulation in a Sexually Motivated Serial Killer
8 oct. 2018
PETTIGREW Mark [Article] International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology . In Press,
Online First

mercredi, 10 octobre 2018 11:56

DU Clinique des violences sexuelles

Diplôme Universitaire
 
 
CLINIQUE DES VIOLENCES SEXUELLES :
psychopathologie, prises en charge, évaluations criminologiques et coordination
 

Pour la deuxième année, cette formation est mise en place par l'Université François-Rabelais de Tours (département de Psychologie) et le Centre Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles (CRIAVS) de la région Centre-Val de Loire.

 
Vous trouverez en pièce jointe la plaquette de ce DU Clinique des violences sexuelles  
Publié dans Formations initiales
La Fédération Française des CRIAVS (FFCRIAVS) ainsi que les membres du Comité d'organisation ont le plaisir de vous informer que les rapports des experts de :
 
l'audition publique "Auteurs de violences sexuelles : prévention, évaluation, prise en charge"
 
s'étant tenue les 14-15 juin 2018,  Ministère des Solidarités et de la Santé, Paris sont disponibles sur le site de la fédération:
 


 
Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site ffcriavs.org
ou contactez nous par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Violences sexuelles, l’affaire de tous

Le meurtre d’Angélique par une personne déjà condamnée pour agression sexuelle éclaire à
nouveau un phénomène complexe ancien dont les réponses sont à nouveau débattues, en
l’absence de véritable consensus.


Pourtant des dispositifs existent, exploités de manière incomplète


Sur le plan législatif, la loi du 17 juin 1998 a inventé un dispositif original qui permet une
articulation étroite entre la Santé et la Justice via l’injonction de soin. 20 ans après sa création,
des juridictions ne peuvent la prononcer faute de médecins volontaires formés (médecins
coordonnateurs), aucun recueil descriptif national n’a été réalisé, aucune évaluation de ses
effets n’a été proposée.


Sur le plan judiciaire et pénitentiaire, l’encadrement des agresseurs sexuels condamnés est
spécifié, par exemple via des remises de peines soumises à des soins en milieu carcéral,
l’orientation des auteurs d’infractions à caractères sexuels condamnés vers des établissements
dédiés où interviennent des équipes de soins spécialisées… Mais au-delà des murs de la
prison, l’accompagnement reste aléatoire, le plus souvent faute de moyen, alors que le modèle
RBR (Risque, Besoin, Receptivité) et la justice restaurative, tous deux inscrits dans la loi du
15 aout 2014 relative à l’individualisation des peines, et qui ont démontré leur intérêt dans de
nombreux pays, ne sont pas mis en oeuvre.


Sur le plan psychiatrique, les soignants débordés et peu formés à ces suivis médicojudiciaires,
sont rarement enclins à prendre en charge des troubles complexes, présentés par
des personnes contraintes à des soins pénalement ordonnés, aux comportements dangereux,
présentant un risque de récidive.


Après ce nouveau drame, que faire aujourd’hui ?


Avoir recours aux 24 Centres Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de
Violences Sexuelles (CRIAVS) : conformément à leurs missions définies par circulaires, ces
équipes pluri disciplinaires réparties sur l’ensemble du territoire national, animent des réseaux
et soutiennent les professionnels, proposent de la documentation, de l’information et des
formations sur les violences sexuelles ainsi qu’un soutien à la prise en charge de leurs auteurs,
développent des recherches et des stratégies de prévention autour des violences sexuelles.


Utiliser le réseau d’appel « écoute et orientation », mis en place par la Fédération
Française des CRIAVS (FFCRIAVS) ou créer un numéro vert pour toutes les personnes en
difficulté avec leur fantasmes et/ou pulsions sexuelles, afin de proposer une prise en charge
avant le passage à l’acte.


Soutenir l’audition publique des 14 et 15 juin prochain « Auteurs de violences sexuelles :
prévention, évaluation, prise en charge ». Cette mise à jour des recommandations sur les
auteurs de violences sexuelles, structurée selon le référentiel de la Haute Autorité de Santé,
offrira une opportunité sans précédent pour le grand public, le législateur et les
professionnels, d’éclairer d’un jour nouveau cette problématique, et de faire émerger
ensemble des solutions innovantes efficaces.


Pour plus d’information : www.ffcriavs.org

Publié dans Pages d'actualité
jeudi, 19 avril 2018 09:27

Références biblio mars 2018

ARTICLES FRANCOPHONES

 

 

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

Un repérage des agresseurs sexuels potentiels est-il possible par les médecins généralistes ?

Décembre 2018

[Mémoire] Dr BRETON Johanne. DU « Clinique des violences sexuelles » - Université François Rabelais – Tours. 50 p.

CERCLES DE SOUTIEN ET DE RESPONSABILITE (CSR)

L’impact des cercles de soutien et de responsabilité (CSR) sur la réduction du taux de récidive des auteurs d’infractions à caractère sexuel (AICS)

Décembre 2018

[Mémoire] LAMBERT Hélène. DU « Clinique des violences sexuelles » - Université François Rabelais - Tours. 43 p.

 

 

ENTRETIEN CLINIQUE

Quelle place pour l’entretien infirmier ? (dossier)

Santé mentale, 218 mai 2017, pp. 21-68

Recevoir quelqu’un en entretien infirmier, c’est lui proposer un espace pour une possible rencontre et lui permettre de construire un savoir sur ce qui lui arrive. Pour s’y engager, le soignant doit s’appuyer sur un cadre théorique précis et être soutenu par le collectif et l’institution. Dans un contexte hospitalier tendu, les freins à cette pratique sont aujourd’hui nombreux. Comment les soignants peuvent-ils investir cet espace vital pour « savoir y faire avec la folie » ? Repères théoriques et pratiques actuelles.

-       L’entretien infirmier « empêché », Dominique Friard

-       Pratiquer l’entretien clinique infirmier, Dominique Friard

-       L’entretien infirmier de première intention en CMP, Romaric Chatry Garcia, Jean-Paul Lanquetin

-       L’entretien infirmier comme un voyage…, Christophe Malinowski

-       Supervision et entretiens infirmiers, Bruno Miani

-       Les quatre temps de l’entretien psy, Bernard Odier

-       Pour une culture de l’entretien infirmier ! Madeleine, Jimena Esther

-       Ce qui est clinique dans un entretien …, Isabelle Bezard-Fragiacomo

 

HARCELEMENT

COSSERON Florent. Adolescence. Annales médico-psychologiques, In Press : Article en pré publication 22/02/2099

Les usages d’Internet sont parfois sources de fascination comme d’effroi pour certains parents. Comme nouvel espace d’expérimentation, Internet séduit, voir happe les adolescents. Ceci est d’autant plus vrai que leurs parents en ont fréquemment un usage plus restreint ou, tout au moins, moins varié. Source d’exaltations, de connaissances, de satisfactions immédiates ou plus construites, Internet et les réseaux sociaux peuvent aussi générer conflits, souffrances ou harcèlements. Qu’est-ce que le cyberharcèlement ? Comment agir dans ces situations ? Comment le prévenir ? Plus en amont, nous poserons quelques hypothèses favorisant ces usages concernant les caractéristiques du virtuel, les mouvements psychiques des adolescents. Ainsi nous rendrons les rencontres avec « ses amis » sur les réseaux moins malheureuses et plus structurantes. (Résumé d'éditeur)

 

 

SOINS AUX PATIENTS SOUS MAIN DE JUSTICE

 

Ministère de la justice, Ministère des Solidarités et de la Santé. Guide méthodologique relatif à la prise en charge sanitaire des personnes placées sous main de justice. 2017, 4ème édition, 454 p.

La 4e édition du guide relatif à la prise en charge sanitaire des personnes placées sous main de justice, élaborée conjointement par le ministère de la Justice et le ministère des Solidarités et de la Santé, a été publiée.

Afin de faciliter l’actualisation du guide méthodologique mais également de rendre le document plus didactique, son organisation a totalement été repensée, sous forme de fiches thématiques et un sommaire dynamique a été inséré en début de guide. Les annexes utiles ont par ailleurs été réintégrées dans le corps du texte afin de limiter la dispersion de l’information.

 http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide_methodologique_-_prise_en_charge_sanitaire_des_personnes_placees_sous_main_de_justice.pdf

 

 

VIOLENCES SEXUELLES

 

Est-ce qu’on peut guérir l’inceste ?

Décembre 2018

[Mémoire] PELLOIN Laetitia. DU « Clinique des violences sexuelles » - Université François Rabelais - Tours. 27 p.

 

 

Les violences sexuelles à caractère incestueux sur mineur.e.s. Expertise.

CNRS. Rapport remis à L. Rossignol, ministre des familles, de l’Enfance et des Droits des femmes et T. Mandon, secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche. 2017, 60 p. 6 avril 2017 à Madame Laurence Rossignol,

Un rapport du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) sur les violences sexuelles à caractère incestueux a été remis à Laurence Rossignol fin avril 2017. La ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes avait saisi le CNRS dans le cadre du premier Plan de lutte et de mobilisation contre les violences faites aux enfants (2017-2019), avec l’objectif d’améliorer les connaissances sur ce sujet mais aussi d’éclairer les raisons des lacunes importantes dans ce domaine, en termes de données et de réelle compréhension du phénomène . Cette expertise a été établie par un groupe interdisciplinaire composé de spécialistes de l’inceste et des violences familiales, et piloté par Sylvie Cromer, enseignante-chercheure à l’université de Lille et directrice du GIS CNRS « Institut du Genre ».

L’étude permet d’avancer de façon décisive dans la connaissance du phénomène, en ouvrant de nouvelles pistes de recherche. Le rapport dévoile 5 pistes de réflexion et d’action : poursuivre et approfondir l’expertise collective ; améliorer la connaissance via les recherches pour comprendre les violences sexuelles à caractère incestueux et les articuler aux autres violences ; sensibiliser tous les publics et prévenir ; développer les formations initiales et continues, en lien avec la recherche ; améliorer la prise en charge des victimes, des familles, des agresseurs.

 http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/docs-actualites/violences-sexuelles.pdf

ARTICLES ANGLOPHONES

 

Bulletin documentaire du 10 au 16 février 2018 de la Fédération des Criavs

 

Neighbors of registered sex offenders: A qualitative analysis of their lived experiences

12 fév. 2018

[Article] BESHEARS Michelle L. International Journal of Law, Crime and Justice , Vol.48. March 2017. pp. 40-49

 

Out of place: Sexualities, sexual violence, and heteronormativity

12 fév. 2018

[Article] JAVAID Aliraza. Aggression and Violent Behavior , In Press : Articles en pré-publication ; seront publiés prochainement dans un numéro. 01/01/2099

 

Distorted cognition related to male sexual offending: The multi-mechanism theory of cognitive distortions (MMT-CD)

12 fév. 2018

[Article] SZUMSKI Filip ; BARTELS Ross M ; BEECH Anthony R. ; et al. Aggression and Violent Behavior , In Press : Articles en pré-publication ; seront publiés prochainement dans un numéro. 01/01/2099

 

Associations Between Substance Use in Commission of Sexual Crimes and Offense Characteristics Among Youth: Mitigating Effects of Substance Use Treatment

12 fév. 2018

[Article] YODER Jamie R ; CASERTA Deborah A. International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology , Vol.62 - N°3. February 2018. pp. 655-675

 

Bulletin documentaire du 17 au 23 février 2018 de la Fédération des Criavs

 

Do Low-risk Sexual Offenders Need Treatment?

21 fév. 2018

[Article] WAKELING Helen C. ; MANN Ruth E. ; CARTER Adam J. The Howard Journal of Crime and Justice , Vol.51 - N°3. July 2012. pp. 286-299

Ageing Child Sex Offenders in Prison: Denial, Manipulation and Community

21 fév. 2018

[Article] MANN Natalie. The Howard Journal of Crime and Justice , Vol.51 - N°4. September 2012. pp. 345-358

Online Child Sex Offenders: Challenges and Counter-Measures

21 fév. 2018

[Article] COHEN-ALMAGOR Raphael. The Howard Journal of Crime and Justice , Vol.52 - N°2. May 2013. pp. 190-215

Children Convicted of Sexual Offences: Do Lifelong Labels Really Help?

21 fév. 2018

[Article] JANES Laura. The Howard Journal of Crime and Justice , Vol.50 - N°2. May 2011. pp. 137-152

Why Do Soldiers Rape? Masculinity, Violence, and Sexuality in the Armed Forces in the Congo (DRC)

21 fév. 2018

[Article] ERIKSSON BAAZ Maria ; STERN Maria. International Studies Quarterly , Vol.53 - N°2. June 2009. pp. 495-518

 

« Dé-monstrer » : Comprendre et aider ceux qui sont traités de monstre

À la rencontre des auteurs de violences sexuelles

Dr Marie Réveillaud et Barbara Smaniotto

Résumé

Les discours médiatique, politique, voire psychiatrique concernant les auteurs de violences sexuelles véhiculent l’idée que ces sujets seraient des « monstres » ayant perdu toute humanité. Rien n’est plus humain au contraire. À la suite de Claude Balier, précurseur dans ce domaine, cet ouvrage souhaite sortir les auteurs de violences sexuelles de leur statut de monstre en les accueillant dans leur humanité. C’est dans cette restauration qu’ils pourront penser leurs victimes et cheminer dans la compréhension de leur acte pour éviter sa réitération.
L’objet de cet ouvrage est le partage de quinze ans d’élaboration et de pratiques cliniques auprès des auteurs de violences sexuelles. Il propose une réflexion à partir de dispositifs thérapeutiques spécifiques : sessions de groupes de parole pour les détenus, psychodrame psychanalytique de groupe pour les adultes et « Conduite Accompagnée », s’appuyant sur un média jeu élaboré par leur équipe, pour les adolescents. Toutes ces thérapies – illustrées par des cas cliniques – utilisent le groupe comme outil princeps du travail psychique des patients.
Ce livre répond ainsi à une demande sociétale de prise en charge de ces sujets, dont le parcours psychique et social doit passer par un processus de « ré-humanisation ». Un ouvrage engagé qui démontre qu’il est possible de « dé-monstrer » le « monstre ».

Plus d'infos szur le site de l'éditeur In Press: http://www.inpress.fr/project/de-monstrer/

Publié dans Dans la littérature
vendredi, 30 décembre 2016 12:43

Références bibliographiques Décembre 2016

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

 

S. SAETTA. Inciter des auteurs d’infractions à caractère sexuel incarcérés à se soigner. Ethnographie d’un établissement pénitentiaire et d’un service de soins spécialisés. Champ pénal, 2016, vol. XIII, pp. 93-99

 https://champpenal.revues.org/9311

La loi du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles, qui a introduit en France l'injonction de soin à la place ou en complément d'une peine d'emprisonnement ferme, a également introduit la notion d'« incitation aux soins » pour les auteurs d'infractions à caractère sexuel incarcérés. Ces derniers sont regroupés au sein d'établissements pénitentiaires spécifiques disposant notamment d'une unité de soins spécialisée.

Dans cet article, sont d'abord décrits et analysés les dispositifs et stratégies par lesquels le législateur, les juges, le personnel pénitentiaire et les thérapeutes de cet établissement et de cette unité s'y prennent pour amener cette catégorie de détenus – a priori peu enclins à demander des soins – dans le bureau des thérapeutes. Y sont ensuite décrites et analysées les techniques mobilisées par ces derniers pour modifier le fonctionnement psychique des détenus, et les amener à réfléchir sur eux, à manifester de l'empathie et à comprendre le sens des interdits. La médicalisation des auteurs d'infractions à caractère sexuel, entre « gestion des risques » et « tutelle de l'intime », constitue ainsi une forme de socialisation autoritaire, les thérapeutes participant à la fabrique d'un sujet contemporain enjoint de travailler sur lui et renvoyé à lui-même dans la gestion de ses désirs et comportements.

La recherche à laquelle s’adosse cet article a été réalisée dans le cadre du programme de recherche Contrast, financé par l’Agence Nationale de la Recherche, et coordonné par Livia Velpry et Benoît Eyraud. Ce programme prend pour objet d’étude la régulation des pratiques de contrainte dans le champ de la santé mentale. Cf. Collectif Contrast, 2014 et Velpry, Eyraud, 2014 (résumé éditeur)

 

 

VIOLS ET AGRESSIONS SEXUELLES

 

C. HAMEL, A. DEBAUCHE, E. BROWN, A. LEBUGLE, T. LEJBOWICZ, M. MAZUY, A. CHARRUAULT, S. CROMER, J. DUPUIS. Viols et agressions sexuelles en France : premiers résultats de l’enquête Virage.

Population & Sociétés, novembre 2016, n° 538

 https://www.ined.fr/fr/publications/population-et-societes/

 

L’enquête Violences et rapports de genre (Virage) réalisée par l’Institut national d’études démographiques en 2015 a interrogé un vaste échantillon représentatif de la population âgée de 20 à 69 ans. L’analyse de leurs déclarations permet de décrire en détail les violences sexuelles dont sont victimes les femmes et les hommes.

 

SEXE SOUS ADDICTION

CHEMSEX, Livret d’informations pour les professionnels et les intervenants de santé. Cette nouvelle brochure est éditée par le Réseau des établissements de santé pour la prévention des addictions (Respadd).

www.respadd.org

Ce livret vous donnera les principales informations sur le « chemsex » (que l’on peut traduire en français par « sexe sous produits », des conseils sur la manière dont vous pouvez intervenir simplement et des indications sur les ressources et formations disponibles.

 

 

SANTE MENTALE

 

HAUTE AUTORITE DE SANTE (HAS). Mieux prévenir et prendre en charge les moments de violence dans l’évolution clinique des patients adultes lors des hospitalisations en services de psychiatrie. Septembre 2016, 25, pp. 114-121

 http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1722310/fr/mieux-prevenir-et-prendre-en-charge-les-moments-de-violence-dans-levolution-clinique-des-patients-adultes-lors-des-hospitalisations-en-services-de-psychiatrie-note-de-cadrage?xtmc=&xtcr=1

 

Les équipes de soin en psychiatrie sont fréquemment confrontées à des moments de violence dans l’évolution clinique de patients accueillis en hospitalisation. Ces moments de violence ont des impacts négatifs, sur les professionnels, sur le patient concerné mais aussi sur les autres patients de l’unité. Des stratégies de prévention efficaces existent. Elles contribuent à limiter le recours aux mesures de contention et d’isolement.


Pour répondre à ces enjeux, la HAS propose un guide des programmes et des outils pour aider les équipes de psychiatrie à renforcer leurs compétences dans la prévention et la prise en charge des moments de violence.
Plusieurs documents sont proposés pour soutenir la mise en place de démarches d’amélioration adaptées aux besoins des équipes :

Le périmètre du travail couvre la prévention et la prise en charge des moments de violence hétéroagressive des patients adultes hospitalisés en service de psychiatrie générale.

Ces travaux seront complétés par des recommandations de bonne pratique sur la limitation du recours aux mesures de contention et d'isolement en psychiatrie.

Le CRIAVS Centre Val de Loire propose comme chaque année des sessions de formation initiale à la pratique auprès des auteurs de violences sexuelles. Ces sessions ont lieu dans les différents CHU de la région par le biais des services de formation continue.

Les prochaines auront lieu au

CH Blois: 27/09/2016 et 10-11/10/2016

CH Romorantin: 08/11/2016 et 28-29/11/2016

CH Montargis: 15/11/2016 et 12-13/12/2016

CH Bonneval: 04/04/2017 et 24-25/04/2017

 

Cette formation de 3 jours (1+2)  rassemble une vingtaine de professionnels et peut également se décliner plus spécifiquement, dans un établissement désireux de former un grand nombre de ses personnels. Compte-tenu des enjeux institutionnels mobilisés, une rencontre d'évaluation préalable à la mise en place d'une formation est nécessaire sur le site.

Publié dans Formations initiales
en PJ le guide fruit du partenariat entre CERIAVSIF et La maison des adolescents
Violences à caractère sexuel : révélations, suspicions, victimes, auteurs : guide pratique à l'usage des professionnels travaillant auprès d'un public adolescent
 
Publié dans Guides et pratiques
Page 1 sur 4