CRIAVS-CENTRE
Centre Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles

Centre de documentation

Centre de documentation (165)

Catégories enfants

Présentation, accueil, e-ressources

Présentation, accueil, e-ressources (6)

Le centre de documentation propose aux professionnels et aux étudiants de la santé, de la justice et du champ social un fonds documentaire en lien avec la violence sexuelle.

Il est situé dans les locaux du Criavs Centre à l’hôpital Trousseau, avenue de la République, 37170 Chambray-les-Tours (L’accès au Criavs se trouve face à la chapelle, suivre unité de thanatologie niveau-2)

Ouvert du lundi au vendredi de 9 h 00 à 17 h 30.

Il est préférable de prendre rendez-vous au: 02 18 37 05 98 ou par mail :  criavs.centre@chu-tours.fr

Les documents (ouvrages, revues, articles électroniques, outils pédagogiques) sont consultables sur place et empruntables 3 semaines.

Le prêt est gratuit et soumis à une inscription obligatoire.

La liste du fonds documentaire disponible au Criavs est consultable via ce sujet

Vous pouvez aussi faire vos recherches sur la base de données documentaires des Criavs, THESEAS : cliquez ici pour y accéder.

 

Sont également consultables les bases documentaires

- du Criavs PACA :  http://pmb.ap-hm.fr/violencesexuel/index.php  

- du Criavs Bretagne :   http://documentationcravs.chu-rennes.fr/       

- de la FRAPS Centre :   http://www.frapscentre.org/crescenbase/

Voir les éléments...
Bulletin des références bibliographiques

Bulletin des références bibliographiques (48)

Une sélection tirée des dernières parutions. Ces documents sont consultables dans notre centre de documentation.

Pour les afficher ouvrez le sujet ou cliquez sur "télécharger la pièce jointe" au bas des articles.

NB: Il y a plusieurs pages d'archives

Voir les éléments...
Bibliographies thématiques

Bibliographies thématiques (8)

Ces bibliographies vous sont proposées par le CRIAVS Centre (sauf indication contraire). Elles ont pu servir de support à certaines des formations proposées.

Nous soulignons leur caractère indicatif et non exhaustif.

Voir les éléments...
Autour de la législation

Autour de la législation (20)

Une série de références, de liens et de documents repérés dans le corpus legislatif

Voir les éléments...
Outils

Outils (1)

Les outils présentés dans cette rubrique sont empruntables dans notre centre de documentation.

Secrétariat: 02 18 37 05 98 criavs.centre@chu-tours.fr

Voir les éléments...
vendredi, 04 novembre 2016 14:12

Références bibliographique sept-nov 2016

Vous pouvez consulter la base de données documentaire des CRIAVS ThèséAS http://theseas.reseaudoc.org/opac/

 

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

 

C. HUGON, A. HARRAULT. 

Le travail psychothérapeutique avec les auteurs de violence sexuelle (A.V.S.) : place et rôle du corporel. Les cahiers de psychologie clinique, 47, 2016/2, pp.169-185

En condamnant les délinquants sexuels à des soins obligés, la justice leur demande d’assumer leur responsabilité et de modifier leur comportement. Ces derniers ont, peut-être plus que d’autres, des difficultés à se mobiliser psychiquement. Les techniques corporelles peuvent se montrer des médiateurs très utiles pour favoriser la mobilisation psychique. Cet article présente un dispositif de soin incluant un travail corporel en groupe thérapeutique et analyse quelques modifications observées au cours de ce type de prise en charge.

 

O. VANDERSTUKKEN.

Les distorsions cognitives chez les auteurs d’agression sexuelle : Validation exploratoire de la Molest Scale, de la Facets of Sexual Offender Denail (FoSOD), et du Croyances Erronées relatives à la Sexualité Générale (CESG).

Thèse de doctorat en Sciences Psychologiques et de l’Education, Université de Mons, Belgique, juin 2016, 233 p.

 

J. PALMA.

Les femmes auteures de violences sexuelles en France : Etude des profils cliniques, psychopathologiques et criminologiques à partir de 64 cas recrutés sur l’ensemble de la métropole.

Thèse de docteur en médecine – Mémoire pour le diplôme d’études spécialisées de psychiatrie, Université de Poitiers, octobre 2016, 139 p.

 

A. SCHLEGEL.

L’influence du Mythe du viol sur le viol conjugal. Historique, conceptualisations et exploration de l’incidence sur la propension au viol.

Mémoire pour le diplôme Inter Universitaire de psychiatrie légale et de criminologie, Université de Poitiers, octobre 2016, 90 p.

 

 

SEXUALITE & HANDICAPS

 

A. GIAMI. 

Sexualité et handicaps : de la stérilisation eugénique à la reconnaissance des droits sexuels (1980-2016). Sexologies, 2016, 25, pp. 93-99

Cet article présente les grandes étapes de la prise en charge de la sexualité des personnes désignées comme handicapées mentales depuis le début des années 1980. Il met en évidence les liens entre les représentations et les pratiques institutionnelles et sociales.

L’étude mobilise des documents produits au cours de cette époque : publications, actes de congrès, avis administratifs et éthiques.

Les analyses font bien apparaître une évolution des idées dans les attitudes et la prise en charge des personnes désignées comme handicapées mentales qui est marquée par une reconnaissance progressive de la sexualité de ces personnes.

 

L. NAYAK.

Les scripts de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales ». Sexologies, 2016, 25, pp. 100-106

A partir d’une enquête qualitative réalisée par entretiens avec des personnes considérées comme « handicapées mentales » et des éducateurs spécialisés en France et en Suisse, cet article présente une typologie des scripts sexuels développés par des personnes « handicapées mentales », dans le contexte de promotion du concept de « santé sexuelle » qui se diffuse actuellement dans le milieu de l’éducation spécialisée.

 

P. BRASSEUR. 

De la mixité au droit : sexualité et intimité dans les institutions accueillant malades et handicapés depuis les années 1970. Sexologies, 2016, 25, pp. 107-113

Cet article revient sur la mise en place de la mixité et les réflexions politiques sur la sexualité élaborées au sein d’établissements français accueillant des malades et handicapés durant les années 1970.

 

C. DESHAYS.

Sexualité en institution psychiatrique : commencer une réflexion éthique. Sexologies, 2016, 25, pp. 114-121

En institution psychiatrique, l’évolution des comportements et du droit entraînent des paradoxes : concomitance de la conception paternaliste du soin et de la conception contractuelle du soin, nécessité de protéger des personnes vulnérables et qu’elles puissent exercer leur autonomie. Chaque situation mérite une réflexion éthique approfondie pour interroger les représentations, les valeurs en tension entre la conception du soin et les besoins des patients.

vendredi, 30 décembre 2016 12:43

Références bibliographiques Décembre 2016

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

 

S. SAETTA. Inciter des auteurs d’infractions à caractère sexuel incarcérés à se soigner. Ethnographie d’un établissement pénitentiaire et d’un service de soins spécialisés. Champ pénal, 2016, vol. XIII, pp. 93-99

 https://champpenal.revues.org/9311

La loi du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles, qui a introduit en France l'injonction de soin à la place ou en complément d'une peine d'emprisonnement ferme, a également introduit la notion d'« incitation aux soins » pour les auteurs d'infractions à caractère sexuel incarcérés. Ces derniers sont regroupés au sein d'établissements pénitentiaires spécifiques disposant notamment d'une unité de soins spécialisée.

Dans cet article, sont d'abord décrits et analysés les dispositifs et stratégies par lesquels le législateur, les juges, le personnel pénitentiaire et les thérapeutes de cet établissement et de cette unité s'y prennent pour amener cette catégorie de détenus – a priori peu enclins à demander des soins – dans le bureau des thérapeutes. Y sont ensuite décrites et analysées les techniques mobilisées par ces derniers pour modifier le fonctionnement psychique des détenus, et les amener à réfléchir sur eux, à manifester de l'empathie et à comprendre le sens des interdits. La médicalisation des auteurs d'infractions à caractère sexuel, entre « gestion des risques » et « tutelle de l'intime », constitue ainsi une forme de socialisation autoritaire, les thérapeutes participant à la fabrique d'un sujet contemporain enjoint de travailler sur lui et renvoyé à lui-même dans la gestion de ses désirs et comportements.

La recherche à laquelle s’adosse cet article a été réalisée dans le cadre du programme de recherche Contrast, financé par l’Agence Nationale de la Recherche, et coordonné par Livia Velpry et Benoît Eyraud. Ce programme prend pour objet d’étude la régulation des pratiques de contrainte dans le champ de la santé mentale. Cf. Collectif Contrast, 2014 et Velpry, Eyraud, 2014 (résumé éditeur)

 

 

VIOLS ET AGRESSIONS SEXUELLES

 

C. HAMEL, A. DEBAUCHE, E. BROWN, A. LEBUGLE, T. LEJBOWICZ, M. MAZUY, A. CHARRUAULT, S. CROMER, J. DUPUIS. Viols et agressions sexuelles en France : premiers résultats de l’enquête Virage.

Population & Sociétés, novembre 2016, n° 538

 https://www.ined.fr/fr/publications/population-et-societes/

 

L’enquête Violences et rapports de genre (Virage) réalisée par l’Institut national d’études démographiques en 2015 a interrogé un vaste échantillon représentatif de la population âgée de 20 à 69 ans. L’analyse de leurs déclarations permet de décrire en détail les violences sexuelles dont sont victimes les femmes et les hommes.

 

SEXE SOUS ADDICTION

CHEMSEX, Livret d’informations pour les professionnels et les intervenants de santé. Cette nouvelle brochure est éditée par le Réseau des établissements de santé pour la prévention des addictions (Respadd).

www.respadd.org

Ce livret vous donnera les principales informations sur le « chemsex » (que l’on peut traduire en français par « sexe sous produits », des conseils sur la manière dont vous pouvez intervenir simplement et des indications sur les ressources et formations disponibles.

 

 

SANTE MENTALE

 

HAUTE AUTORITE DE SANTE (HAS). Mieux prévenir et prendre en charge les moments de violence dans l’évolution clinique des patients adultes lors des hospitalisations en services de psychiatrie. Septembre 2016, 25, pp. 114-121

 http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1722310/fr/mieux-prevenir-et-prendre-en-charge-les-moments-de-violence-dans-levolution-clinique-des-patients-adultes-lors-des-hospitalisations-en-services-de-psychiatrie-note-de-cadrage?xtmc=&xtcr=1

 

Les équipes de soin en psychiatrie sont fréquemment confrontées à des moments de violence dans l’évolution clinique de patients accueillis en hospitalisation. Ces moments de violence ont des impacts négatifs, sur les professionnels, sur le patient concerné mais aussi sur les autres patients de l’unité. Des stratégies de prévention efficaces existent. Elles contribuent à limiter le recours aux mesures de contention et d’isolement.


Pour répondre à ces enjeux, la HAS propose un guide des programmes et des outils pour aider les équipes de psychiatrie à renforcer leurs compétences dans la prévention et la prise en charge des moments de violence.
Plusieurs documents sont proposés pour soutenir la mise en place de démarches d’amélioration adaptées aux besoins des équipes :

Le périmètre du travail couvre la prévention et la prise en charge des moments de violence hétéroagressive des patients adultes hospitalisés en service de psychiatrie générale.

Ces travaux seront complétés par des recommandations de bonne pratique sur la limitation du recours aux mesures de contention et d'isolement en psychiatrie.

mercredi, 01 février 2017 08:41

Références bibliographiques Janvier 2017

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

 

C. HUGON, S. VILLAIN. La dimension corporelle, support pour assouplir le clivage dans les soins aux auteurs de violence sexuelle. Violence et psychiatrie, 2014, vol. 13, n°1

La clinique de la violence sexuelle nous confronte au registre du primaire voire de l’originaire. Le corporel, la représentation et le mouvement y sont encore intriqués. Les recours à l’acte prennent racines dans les achoppements de ces fondements identitaires, qui émanent du corporel. Les groupes thérapeutiques permettent l’émergence d’éléments non verbaux, qui peuvent y être contenus et transformés dans le sens d’une décorporation et d’une mise en représentation. Il y est donc question d’articulation entre le registre primaire et secondaire ainsi qu’entre la voie de l’affectif et la voie de l’idéal. (Résumé d’éditeur)

 

M. RAYMOND. Les auteurs de crimes sexuels sur internet. Violence et psychiatrie, 2015, vol. 14, n° 1, 14 p.

 

Cet article aborde la question des crimes sexuels sur internet (accès, possession, distribution de pornographie juvénile, leurre informatique) de même que la question souvent posée à savoir si les auteurs de tels crimes sont aussi des agresseurs sexuels actifs ou des agresseurs sexuels potentiels. Les caractéristiques distinguant les auteurs de crimes sexuels sur internet des auteurs d’agressions sexuelles avec contact seront précisées de même que les facteurs de risque associés aux abus sexuels avec contact. Les mécanismes par lesquels les consommateurs de pornographie juvénile peuvent en venir à commettre des agressions sexuelles avec contact seront présentés. Des pistes d’intervention s’adressant aux auteurs de crimes sexuels sur internet seront proposées. (Résumé d’éditeur)

 

 

INCESTE

 

K. HAINSWORTH. L’inceste « mis au secret ». Cahiers jungiens de psychanalyse, n° 114, 01/06/2005, pp. 21-31

 

La réflexion porte sur les enjeux complexes de l’analyse et du passage du réel au symbolique chez une patiente ayant subi un inceste de la part de sa mère. Le travail clinique qui a permis que les vécus traumatiques et les transactions incestueuses transgénérationnelles sortent du secret, s’est appuyé sur la symbolisation et la mise en forme par la peinture. (Résumé d’éditeur)

 

 

SUIVI SOCIOJUDICIAIRE

R. GOUMILLOUX. Prédicteurs de risque de récidive dans le cadre de suivis socio judiciaires avec injonction de soins. L’Information psychiatrique, août 2016, volume 92, pp. 642-648

 

Au cours de cinq années d’exercice de la fonction de médecin coordonnateur de suivis socio judiciaires, l’auteur a mis en évidence des facteurs pouvant être considérés comme prédictifs de risque de récidive. Il s’agit notamment des sujets sortant de détention, ayant des antécédents judiciaires, condamnés pour agressions sexuelles de femmes adultes, isolés. Aucune récidive n’a été observée ni chez les sujets sortant de détention, primo-délinquants, ni chez les sujets n’ayant pas été détenus. Les tableaux cliniques sont divers. Les modes des prises en charge, essentiellement par des psychiatres et des psychologues, en centres médico psychologiques ou en exercice libéral, étaient également divers. (Résumé d’éditeur)

 

 

SUICIDE ET TRAVAIL

 

COLLECTIF. Suicide et travail (dossier). Santé mentale, décembre 2016, n° 213, pp. 23-75

Depuis quelques années, les suicides sur le lieu de travail ou en lien avec les situations de travail interpellent. Les causes sont-elles à explorer dans le milieu du travail, la vie professionnelle ou des pathologies préexistantes ? Dans des établissements de soin sous tension, les soignants sont pour leur part exposés au risque spécifique de fatigue compassionnelle. Dans ce contexte, la prévention concerne directement la qualité du travail, les échanges dans le collectif et le rôle facilitateur de l’encadrement. (Résumé d’éditeur)

-      Peut-on établir un lien entre suicide et travail – D. Lhuilier

-      Santé au travail et rôle des encadrants – P. Sarnin

-      « Epidémie » de suicides chez les infirmiers ? – F. Vatin

-      Souffrance au travail et douleur morale – B. Miani

-      De la fatigue émotionnelle à la fatigue compassionnelle – P. Zawieja

-      Face au risque suicidaire des soignants – M. Charazac-Brunel

-      Qui est responsable et pourquoi est-il mort , - Louis Hecktor

-      Suicide des infirmiers : facteurs fragilisants et facteurs protecteurs – P. Delmas

-      Infirmières : à risque ... D. G. Tremblay

-      Bibliographie

vendredi, 31 mars 2017 13:50

Références bibliographiques Mars 2017

INJONCTION DE SOINS

 

A. RIVALLAN. Prévenir la dangerosité. Soins Psychiatrie, 2017, n°309, mars/avril, pp. 11

J.P. BOUCHARD, D. BRULIN-SOLIGNAC, C. LODETTI. L’injonction de soins, une mesure pour éviter la récidive. Soins Psychiatrie, 2017, n° 309, mars/avril, pp. 12-16

 

En France, l’injonction de soins est une mesure applicable dans le cadre du suivi socio-judiciaire, créé par la loi du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles, ainsi qu’à la protection des mineurs. Depuis sa mise en place, ses indications ont été étendues à des infractions d’autres ordres que sexuel. En organisant une triangulation des relations entre les systèmes judiciaire et sanitaire (médecins et psychologues traitants) par l’intermédiaire du médecin coordonnateur, ce dispositif a pour objectif de lutter contre la récidive. (Résumé d’éditeur)

 

F. IRAGNES. L’interaction entre juge et médecins dans l’injonction de soins. Soins Psychiatrie, 2017, n° 309, mars/avril, pp. 17-21

 

Face à l’accroissement des condamnations en matière d’infractions sexuelles, le législateur s’est interrogé dans les années 1990 sur la possibilité de suivre ces criminels et délinquants, présumés plus dangereux, à l’issue de leur peine d’emprisonnement ou de réclusion criminelle. Cette réflexion a abouti à la loi du 17 juin 1998, instaurant la peine de suivi socio-judiciaire (SSJ). Inspirées par quelques faits divers dramatiques, les évolutions législatives qui ont suivi ont renforcé l’arsenal judiciaire destiné à lutter contre la récidive des crimes et délits, les plus graves. Elles font notamment du SSJ la peine de référence pour le prononcé de certaines mesures de sûreté, et de l’injonction de soins la pierre angulaire en matière de prise en charge des condamnés les plus dangereux. Une analyse de l’articulation entre le juge et l’injonction de soins permet de mieux comprendre son rôle. (Résumé d’éditeur)

 

R. GOUMILLOUX. Le risque de récidive une préoccupation majeure du médecin coordonnateur. Soins Psychiatrie, 2017, n° 309, mars/avril, pp. 22-24

Le médecin coordonnateur est nommé par le juge de l’application des peines dès la mise en place d’un suivi socio-judiciaire avec injonction de soins. Sa mission est de faciliter la mise en relation du sujet condamné avec le médecin traitant susceptible de l’accompagner au mieux sur le plan thérapeutique. L’expérience d’un médecin coordonnateur à Bordeaux (33) permet de décrire les conditions dans lesquelles s’exerce cette fonction. La prise en compte d’éléments pouvant être considérés comme prédicteurs de risque de récidive est, dans la pratique quotidienne, une préoccupation permanente de ce spécialiste. (Résumé d’éditeur)

 

E. FLORIS, A. DE JESUS, J.P. CANO, S. RAYMONDAUD, E. ROUVEYROL, J.P. BOUCHARD. Les approches thérapeutiques dans l’injonction de soins. Soins Psychiatrie, 2017, n° 309, mars/avril, pp. 25-30

Comme dans les autres cadres de prise en charge en santé mentale, les approches thérapeutiques dans l’injonction de soins sont diverses. Elles reposent sur le principe de leur indication clinique et doivent être réalisées par des thérapeutes formés à leur exercice. Les grands axes thérapeutiques classiques sont utilisés : prise en charge médicamenteuse, psychanalyse et thérapies d’inspiration psychanalytique, thérapies cognitives et comportementales, thérapies de groupe, approche corporelle. (Résumé d’éditeur)

 

F. COCHEZ, M. LESUEUR, M. FAYET, J.P. BOUCHARD. Prendre en charge des sujets relevant de l’injonction de soins. Soins Psychiatrie, 2017, n° 309, mars/avril, pp. 31-35

Des psychologues et un psychiatre témoignent de l’état, clinique de personnes condamnées à un suivi socio-judiciaire avec injonction de soins. Malgré l’extension de l’indication du dispositif, ces suivis complexes concernent souvent des auteurs de violences sexuelles intra-et/ou extra-familiales. Eviter la réitération des faits délictuels et criminels par une prise en charge globale du sujet est un souci majeur tant pour les médecins coordonnateurs que pour les médecins et psychologues traitants. (Résumé d’éditeur)

 

J.P. BOUCHARD, F. COCHEZ. « La meilleure des lois ne fera jamais l’économie d’une réflexion sur le terrain ». Soins Psychiatrie, 2017, n° 309, mars/avril, pp. 36-39

Mis en place en 2006 par le Ministère de la Santé, les Centres Ressources pour les Intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (CRIAVS) agissent en appui auprès des personnes, professionnelles ou non, concernées par l’agir sexuel transgressif. Ils proposent en particulier des outils aux professionnels de justice, de santé et du milieu social pour faciliter le suivi des AVS. Florent Cochez, psychiatre et médecin légiste, responsable du CRIAVS d’Aquitaine évoque dans cet entretien les missions de ces structures régionales, leur lien avec l’injonction de soins et sa pratique. (Résumé d’éditeur)

 

M. JANSSENS. Injonction de soins, le cas des délinquants sexuels en Belgique. Soins Psychiatrie, 2017, n° 309, mars/avril, pp. 40-42

Suite à l’affaire Dutroux qui a secoué  la Belgique en 1996, le ministre de la Justice a signé des accords de coopération avec les trois régions qui composent le pays (Flandre, Wallonie et Bruxelles-Capitale), imposant aux auteurs d’infractions à caractère sexuel une guidance ou un traitement en alternative à la détention. Quel dispositif légal est désormais prévu pour leur prise en charge ? Expérience du centre d’appui bruxellois. (Résumé d’éditeur)

 

 

RECIDIVE

 

I. BERTSCH, T. PHAM, C. REVEILLERE, R. COURTOIS. Evaluation du risque de récidive des auteurs d’infraction à caractère sexuel. Annales Médico-Psychologiques, 175, 2017, pp. 294-296

L’évaluation du risque des auteurs d’infractionss à caractère sexuel (AICS) très développée dans certains pays (Belgique, Canada, Etats-Unis….) reste très controversée et peu utilisée en France. Nous proposons un protocole de recherche qui permettra d’évaluer la prédiction du risque de récidive d’AICS français ç l’aide d’outils standardisés récents et de comparer les résultats obtenus aux données internationales. (Résumé d’éditeur)

 

Articles francophones

 

GUILLOT Magalie. Perversion/perversité, deux dénis de l’autre. Santé mentale, n° 216, mars 2017, p. 20

Une rubrique bimestrielle pour comprendre les concepts utilisés en psychiatrie… de la pratique vers la théorie et de la théorie vers la pratique. Un double mouvement.

 

BRIE Guillaume. Les délinquants sexuels et leur gestion par le risque : un déni du social (rapport). Les Chroniques du CIRAP, n° 20, janvier 2016, 4 p.

 http://www.enap.justice.fr/sites/default/files/edito/pdf/chroniques_cirap_20_septembre2015.pdf

Cette chronique analyse la prise en charge pénitentiaire des délinquants sexuels à l’aune du paradigme de la gestion des risques. Précisément, la prévention a pris un nouveau sens depuis qu’il est question de lutte contre la récidive : il s’agit moins d’agir sur les causes présumées de la délinquance que de déterminer des individus à risque au vu du renforcement de leur suivi. Dès lors, cette Chronique montre comment cette politique préventive produit une définition du risque et de ses facteurs pour agir ; au risque, pour les promoteurs de cette approche, de prendre la réalité du modèle pour le modèle de la réalité. (Résumé d'éditeur)

 

HOURS Armelle, MESRARI Joséphine. Un groupe conte pour des enfants placés. Santé mentale, n° 216, mars 2017, pp. 16-17

Malmenés par la vie, les enfants accueillis en Maison d’enfants à caractère social (MECS) sont souvent réticents vis-à-vis du soin. Un groupe conte leur propose un espace de créativité où ils peuvent inventer et s’approprier une issue plus favorable. (Résumé d’éditeur)

 

NDIAYE Ibrahima, BA Idrissa, FAYE Papa Lamine, et al. Aspects psychologiques et sociaux chez des mineures victimes d’abus sexuels : sept cas du service pédopsychiatrie, hôpital de Thiaroye, Sénégal. L’information psychiatrique, 2017/3, volume 93, pp. 243-249

Depuis son ouverture en 2006, le service pédopsychiatrie fait face chaque année à une demande de plus en plus croissante de prise en charge d’enfants ou de préadolescentes victimes d’abus sexuels. Il s’agit ici d’un travail original car très peu d’études sur les aspects psychologiques et sociaux des abus sexuels ont été menées dans notre pays. A partir de sept cas cliniques, les auteurs tentent de décrire les réalités psychosociales liées au contexte du viol chez des mineures et leurs familles suivies pour viol au service de pédopsychiatrie du CHNPT de juillet à décembre 2012. (Résumé d’éditeur)

 

ROQUES Marjorie, MAZOYER Anne-Valérie, HARRATI Sonia. L’infanticide maternel et l’inceste paternel à partir d’une analyse des films. A perdre la raison et Elle ne pleure pas, elle chante. Annales médico psychologiques, Avril 2017, volume 175, n° 4, pp. 358-362

A partir de deux situations de filicide maternel et d’inceste paternel – paradigmatiques de la folie parentale -, nous proposons d’éclairer les processus psychiques qui ont mené à ces formes de violence. Grâce à l’analyse d’un matériel cinématographique inspiré de faits divers, nous examinons en quoi ces agirs nous renseignent sur les avatars de la subjectivation parentale et dévoilent combien le lien parental attise et réactive des failles subjectives. Le premier fait divers que nous abordons est celui du quintuple infanticide commis en Belgique par Geneviève Lhermitte en février 2007, qui a servi de trame de fond au film A perdre la raison (2012) de Joachim Lafosse. Afin d’étudier ce cas clinique, nous nous concentrons sur le contexte affectif et la configuration relationnelle qui entourent l’acte meurtrier plutôt que sur le mode opératoire et le déroulement des assassinats. Notre seconde analyse porte sur l’inceste paternel et comment vivre avec et après ce traumatisme, illustré par le film de Philippe de Pierpont (2012), qui s’inspire de l’ouvrage du même du même nom écrit par Amélie Sarn : Elle ne pleure pas, elle chante. (Résumé d’éditeur)

 

SMANIOTTO Barbara, REVEILLAUD Marie. Une fiction, une réalité : réflexions autour de l’addiction à la pornographie. Annales médico psychologiques, Avril 2017, volume 175, n° 4, pp. 320-326

Dans cette contribution nous souhaitons interroger les processus au cœur de l’addiction à la pornographie. Nous appuierons notre réflexion sur le parallèle entre deux histoires, celles de Brandon le « héros » du film Shame ; et celle de Kévin, un homme accueilli en psychothérapie individuelle. Dans le parcours de chacun d’eux, nous repérerons des traumas (en particulier sexuels) faisant l’objet de fixation, ayant entravé, pour une part, leur développement psychique. La fragilité qui en découle contribuerait à l’instauration d’un clivage au sein du Moi. Ces motions clivées, sous l’effet de la contrainte de répétition , menacent constamment de faire retour dans la réalité. Elles trouveraient alors une voie de frayage dans le visionnage compulsif d’images pornographiques. Cette consommation extrême pourrait se comprendre à la fois comme une tentative de donner forme au traumatisme (en appui sur des images réelles) et comme une modalité de décharge de celui-ci. Au regard de cette empreinte traumatique, nous formulerons l’hypothèse que l’addiction à la pornographie s’apparente à une pratique d’incorporation du sexe génital et de la sexualité adulte, marquant l’échec de l’introjection de la génitalité. Enfin, nous montrerons comment la thérapie individuelle peut aider le patient à mettre en lumière les pans traumatiques de son histoire et contribuer à renforcer son narcissisme atteint dans son intégrité sous l’effet du clivage. Plus particulièrement à l’appui du processus de sublimation, la thérapie permettrait de sortir l’addiction à la pornographie du registre de la honte en la transformant en terrain d’exploration au service de la (re)construction du sujet.

 

 

Articles anglophones

 

Bulletin de la documentation de la FFCRIAVS (Fédération Française des Centres Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles) du 1er avril au 7 avril 2017

 

HARBERS Ellen, DESLAURIERS-VARIN Nadine, BEAUREGARD Eric, et al. Testing the Behavioural and Environmental Consistency of Serial Sex Offenders: A Signature Approach. Journal of Investigative Psychology and Offender Profiling, Vol.9 - N°3. October 2012, pp. 259-273

The present study examines consistency of crime behaviour among 347 sexual assaults committed by 69 serial sex offenders. This individual behaviour approach-the so-called signature approach-reveals which features of crime behaviour are consistent across a series and which features are not. The consistency scores were calculated using the Jaccard's coefficient. The results of this study indicate that there are some crime features of a serial sexual assault that can be useful for the purpose of linkage. Another important finding is that consistency scores for different variables within the same category can differ substantially. Moreover, serial sex offenders are more likely to be consistent in their environmental crime features when they are also consistent in their behavioural features, and vice versa. Serial sex offenders are also more likely to be consistent in the behavioural features of their assaults as the crime series gets longer. The implications of the results are discussed in relation to both research and practise. (Résumé d'éditeur)

 

 

CHAN Heng Choon Oliver, BEAUREGARD Eric. Choice of Weapon or Weapon of Choice ? Examining the Interactions between Victim Characteristics in Single-victim Male Sexual Homicide Offenders. Journal of Investigative Psychology and Offender Profiling, Vol.13, n° 1, January 2016, pp. 70-88

As most studies report that the majority of sexual homicide offenders (SHOs) prefer to kill with their own hands, research has largely neglected to examine the choice of weapon by these offenders. The US Supplementary Homicide Reports show that although a large number of SHOs murder their victim using personal weapons (e.g. bare hands and manual or ligature strangulation), the majority use an alternative weapon (e.g. edged weapons, contact weapons, and firearms). The present study hypothesises that the choice of weapon is in part influenced by victim characteristics. To identify specific combinations and interactions between victim characteristics and the choice of a personal or edged weapon during the commission of a sexual homicide, a combination of exhaustive chi-square automatic interaction detector and conjunctive analysis is used on a sample of 2,472 single-victim male SHOs from a 36-year period of Supplementary Homicide Report data (1976–2011). Findings show that SHOs choose their weapon according to some victim characteristics. Implications of the findings are discussed in light of police suspect prioritisation. (Résumé d'éditeur)

 

 

Bulletin de la documentation de la FFCRIAVS (Fédération Française des Centres Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles) du

13 au 19 mai 2017

 

 

LANGTON Calvin, MURAD Zuwaina, HUMBERT Bianca. Childhood sexual, abuse, attachments in childhood and adulthood, and coercive sexual behaviors in community males : main effects and a moderating function for attachment. Sexual abuse, vol. 29, n° 3, april 2017, pp. 207-238

Associations between self-reported coercive sexual behavior against adult females, childhood sexual abuse (CSA), and child–parent attachment styles, as well as attachment with adult romantic partners, were examined among 176 adult community males. Attachment style with each parent and with romantic partners was also investigated as a potential moderator. Using hierarchical multiple regression analysis, avoidant attachment with mothers in childhood (and also with fathers, in a second model) accounted for a significant amount of the variance in coercive sexual behavior controlling for scores on anxious ambivalent and disorganized/disoriented attachment scales, as predicted. Similarly, in a third model, avoidance attachment in adulthood was a significant predictor of coercive sexual behavior controlling for scores on the anxiety attachment in adulthood scale. These main effects for avoidant and avoidance attachment were not statistically significant when CSA and control variables (other types of childhood adversity, aggression, antisociality) were added in each of the models. But the interaction between scales for CSA and avoidance attachment in adulthood was significant, demonstrating incremental validity in a final step, consistent with a hypothesized moderating function for attachment in adulthood. The correlation between CSA and coercive sexual behavior was .60 for those with the highest third of avoidance attachment scores (i.e., the most insecurely attached on this scale), .24 for those with scores in the middle range on the scale, and .01 for those with the lowest third of avoidance attachment scores (i.e., the most securely attached). Implications for study design and theory were discussed. (Résumé d'éditeur)

mercredi, 25 octobre 2017 11:25

Références biblio octobre-novembre 2017

ARTICLES FRANCOPHONES

 

 

ADDICTION

 

POUDAT François-Xavier, LAGADEC Marthylle. Cybersexualité addictive et thérapie comportementale et cognitive. Journal de thérapie comportementale et cognitive, 2017, 27, pp. 138-146

Ce présent article a pour but de faire le point sur les prises en charge par les thérapies comportementales et cognitives (TCC) de la cybersexualité addictive. Après une discussion au sujet du cadre et des limites du concept d’addiction sexuelle, nous essayons de préciser la place de la cybersexualité addictive dans l’ensemble des addictions sexuelles et de ses rapports avec la cyberaddiction. Nous passons en revue les paramètres essentiels de la clinique tant sur le plan comportemental que cognitif. Nous soulignons l’importance d’une bonne analyse fonctionnelle intégrant notamment les autoévaluations et l’étude des systèmes cognitifs spécifiques au comportement sexuel addictif et au cybersexe. Des outils TCC sont détaillés en trois étapes (observation, mobilisation et individuation), dont le but est de permettre au patient de se détacher progressivement de son ancrage pathologique pour mieux s’autonomiser. Nous détaillons aussi les protocoles TCC de groupe qui sont actuellement utilisés notamment dans les thérapies de restructuration cognitive. Ils ont montré une réelle efficacité dans la mobilisation à long terme du symptôme cybersexe, notamment dans les préventions de rechute.

 

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

PATURAL Christophe, BLEIRAD Aurélie. Accompagner les agresseurs sexuels déficitaires. Santé mentale, n° 220, septembre 2017, pp. 18-21

En détention, quelles prises en charge proposer à des patients agresseurs sexuels présentant un important retard intellectuel avec des difficultés de compréhension et d’adaptation ? Des psychologues ont mis en place un dispositif de groupe sur mesure.

 

 

 

LA RECHERCHE EN SOINS INFIRMIERS

 

ROBERTON Geneviève. Où en est la recherche en soins infirmiers ? Santé mentale, hors-série, août 2017, pp. 2-7

Malgré son retard depuis une dizaine d’années, la recherche en soin infirmier se développe, et tout particulièrement en psychiatrie. Quels sont les freins à sa mise en place et comment les soignants peuvent-ils l’investir ? Etat des lieux.

 

SEXUALITE ET VIOLENCE

 

LE GOAZIOU Véronique. Les jeunes, la sexualité et la violence. Septembre 2017,

pp.1-55

 http://www.yapaka.be/livre/les-jeunes-la-sexualite-et-la-violence

La jeunesse, la sexualité et la violence ont au moins un point commun : ce sont des catégories qui sont tenues sous haute surveillance. Les grands interdits sexuels ont faibli dans nos sociétés et la sexualité juvénile, détachée du cadre affectivo-conjugal, est aujourd’hui admise. Mais les normalités sexuelles, loin d’avoir disparu, sont en réalité multiples et elles ne vont pas toujours dans le sens d’une sexualité égalitaire (entre les sexes) et adaptée (suivant les âges). C’est pourquoi les déviances sexuelles des jeunes, réelles ou supposées, et plus encore leurs actes sexuels violents font l’objet de maints questionnements.

La justice en est saisie ainsi que des éducateurs et des soignants. Plus largement, la communauté des adultes tente de trouver le juste équilibre entre la liberté sexuelle, dont nous sommes les héritiers, et l’accompagnement de nos enfants dans la découverte de leur désir et dans celle du désir de l’autre.

SOMMAIRE

  • Les normes et la sexualité        
  • Lire le passé
  • Contraintes et contrôles 
  • La libération sexuelle
  • Le droit au plaisir 
  • L’éducation sexuelle 
  • Quel héritage ? 
  • Les jeunes et le sexe 
  • Des pratiques nouvelles 
  • Des normes plus diffuses 
  • Le marché du sexe 
  • Sexisme et harcèlement 
  • La pornographie 
  • Les violences sexuelles des jeunes 
  • L’émergence d’un problème 
  • À propos des violences sexuelles 
  • Les agirs sexuels violents des jeunes
  • Les viols au sein des fratries 
  • Les viols en groupe 
  • La justice, le soin, la parole
  • La justice et le sexe
  • Les jeunes délinquants sexuels
  • Juger l’acte                                                                                   
  • Soigner et éduquer 
  • Approcher l’intime 
  • Bibliographie

SMANIOTTO Barbara, MELCHIORRE Maud. Quand la construction de la sexualité adolescente se confronte à la violence du voir pornographique. Sexologies, 2017, 7 p.

Article in press : article en pré-publication

L’essor des nouvelles technologies a démocratisé la pornographie, rendant son accès facile, permanent, y compris aux enfants et aux adolescents. Elle n’appelle aujourd’hui plus aucun effort du voir, dans ce qu’il sous-tend de transgressif, de plaisir, de culpabilité et de honte ; désormais, la pornographie s’impose à l’œil, même lorsqu’elle n’est pas recherchée. Les études (essentiellement nord-américaines) ne font pas consensus autour de l’influence de la pornographie sur la sexualité adolescente (représentations, pratiques). Les dérives psychopathologiques et/ou addictives apparaissent marginales, elles concernent les adolescents les plus fragiles dont l’imaginaire demeure captif de cette iconographie. C’est dans notre pratique auprès d’adolescents présentant une sexualité préoccupante, voire auteurs de violences sexuelles que cette question s’est imposée. Ces patients mentionnent fréquemment un contact répété, massif avec la pornographie. Si bien évidemment, tous les adolescents qui visionnent ce type d’images ne s’engagent pas dans de tels agirs, cette observation nous invite à interroger l’impact de la violence du voir pornographique sur la construction de la sexualité adolescente. Outre ses effets sur la fantasmatique sexuelle, nous faisons l’hypothèse que la consommation de pornographie s’apparente à une tentative d’incorporation du sexe génital marquant l’échec de l’introjection de la génitalité au moment de l’adolescence.

TRAUMAS SEXUELS ET ADOLESCENCE

 

LEMITRE Samuel. Traumas sexuels et adolescence. Entre auteurs et victimes ou le bal de dynamiques circulaires. Enfances et Psy, n° 74, 2017/2, pp. 102-114

En détention, quelles prises en charge proposer à des patients agresseurs sexuels présentant un important retard intellectuel avec des difficultés de compréhension et d’adaptation ? Des psychologues ont mis en place un dispositif de groupe sur mesure.

 

Les deux principaux profils cliniques de mineurs auteurs d’agression sexuelle correspondent à deux modalités d’expression symptomatiques généralement observées dans les traumas complexes. Cela conduit l’auteur à défendre l’idée que la clinique des violences sexuelles est une clinique du trauma qui, sans un accompagnement adéquat, peut conduire au glissement transgénérationnel des matériaux traumatiques et à une répétition des violences sexuelles. Le bouleversement pubertaire remet en effet les enjeux du sexuel au premier plan. Il fait circuler plus d’énergie pulsionnelle au sein du système familial et crée un contexte favorable à la réactivation des traumas sexuels parentaux non résolus. L’enfant peut alors apparaître comme une menace à l’équilibre familial et contribuer à un changement de paradigme relationnel parent/enfant. L’effet destructurant

de ces dynamiques nouvelles est d’autant plus fort lorsqu’un mécanisme d’identification à l’agresseur est à l’oeuvre car celui-ci participe à une véritable « confusion des places » auteur/victime. Dans un tel contexte, le risque d’une réactualisation du script violent est majeur. C’est sur la base de constats cliniques empiriques et de cas illustrés que l’auteur met en lumière ces enjeux psychopathologiques.

 

 

ARTICLES ANGLOPHONES

 

Bulletin documentaire du 7 au 13 octobre 2017 de la Fédération des Criavs

 

A Dynamic Risk Factors–Based Typology of Sexual Offenders

12 oct. 2017

[Article] MARTÍNEZ-CATENA Ana, REDONDO Santiago, FRERICH Nina, et al. International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology, Vol.61 - N°14. October 2017. pp. 1623-1647

The Static-99R predicts sexual and violent recidivism for individuals with low intellectual functioning

12 oct. 2017

[Article] STEPHENS Skye, NEWMAN Jennifer E. , CANTOR James M., et al. Journal of Sexual Aggression, In Press : Article en pré-publication.

Empathy deficits and adolescent sexual offending: A systematic review of the evidence base

6 oct. 2017

[Article] BALY Andrew, BUTLER Stephe. Aggression and Violent Behavior, Vol. 36. September 2017. pp. 81-97

Potential underpinnings for community maintenance programs for sexual offenders

6 oct. 2017

[Article] YOUSSEF Carollyne, CASEY Sharon, BIRGDEN Astrid. Aggression and Violent Behavior, Vol. 36. September 2017. pp. 108-117

 

 

Vous pouvez consulter la base de données documentaire des CRIAVS ThèséAS http://theseas.reseaudoc.org/opac/

 

vendredi, 09 février 2018 10:18

Références biblio janvier 2018

Vous pouvez consulter la base de données documentaire des CRIAVS ThèséAS http://theseas.reseaudoc.org/opac/

 

ARTICLES FRANCOPHONES

 

 

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

ARENA Gabrielle. La prise en charge des auteurs de violence sexuelle. Soins Psychiatrie, vol. 35, n° 293, juillet 2014, pp. 20-23

Les violences et les crimes sexuels suscitent dans notre société rejet et haine. Les auteurs de violence sexuelle doivent se conformer à une prise en charge psychiatrique, sans être forcément demandeurs. Les soignants éprouvent de réelles difficultés à s’engager dans ces prises en charge. Ce contexte a favorisé la mise en place de consultations spécifiques. Le dispositif établi augure un possible espace de soins.

 

 

MOUCHET-MAGES Sabine, VITTOZ Aurélie, BRAQ-LECA Herminie, ABDERRAHMANE Nordine, PARIAT Brigitte, DEBEAULIEU Floriane, DAMILLEVILLE Audrey, MEUNIER Frédéric, LAMOTHE Pierre, PHAM Thierry. Apport des outils de jugement clinique structuré pour la mise en place d’un programme de soins individualisé des auteurs de violences sexuelles. Annales Médico-Psychologiques, In Press (articles en pré-publication), 3 p.

Depuis les travaux de Monahan, les auteurs s’accordent sur la pertinence de l’utilisation des outils d’évaluation standardise´ s du risque chez les auteurs de violence sexuelle, y compris par les experts dans le domaine médico-légal. Plusieurs instruments spécifiques ont été développés et validés, parmi lesquels, les outils de jugement clinique structurés HCR-20 et RSVP dont la capacité prédictive s’améliore avec la confrontation de plusieurs évaluations cliniques. La plateforme référentielle auteurs de violences sexuelles du Rhône accueille, autour d’une évaluation complète, infirmière, psychiatrique, psychologique et criminologique clinique, les patients en ambulatoire, afin de proposer un projet adapté et personnalisé incluant des soins spécifiques. Au terme de l’évaluation, une réunion de concertation pluriprofessionnelle est organisée avec les différents évaluateurs et les soignants ayant adressé le patient. Une cotation collective des outils de jugement clinique structuré RSVP et HCR20 est effectuée. Ces outils permettent de déterminer, en équipe, les points les plus pertinents de la prise en charge des auteurs, et d’en dégager un programme de soins individualisé proposé au patient à l’issue. L’analyse des résultats obtenus aux échelles RSVP et HCR20 de dix patients pris en charge dans la plateforme montre une variation des scores similaires pour les deux outils. Les scores obtenus à la RSVP ne semblent pas liés avec le type de passage à l’acte. Malgré des contenus d’apparence proche, il existe une complémentarité des deux outils dans l’évaluation et la prise en charge des patients. L’utilisation systématique de la RSVP et de la HCR20 est pré- cieuse pour l’animation des réunions cliniques ; elle permet de dégager les axes de prise en charge les plus pertinents pour le patient, tout en fournissant aux professionnels une évaluation objective du niveau de risque pre´sente´ afin de proposer des interventions en conséquence.

 

GROUPE DE PAROLE

 

RAYBAUD Fabienne. Emotions et travail éducatif. Les cahiers dynamiques, 2017, 71-1, pp. 162-166

Fabienne Raybaud est psychologue clinicienne au centre éducatif fermé (CEF) de Brignoles avec Franck Nicolaïdès, professeur technique et Mohamed Salhi, responsable d’unité éducative, ils ont entamé une réflexion, un bilan sur un dispositif mis en place dans

leur établissement : le groupe de parole. Voici donc le résultat de leur cogitation et sans aucun doute, un exemple à suivre. À lire aussi parce que ce texte apporte une meilleure compréhension, notamment grâce à une approche psychanalytique, des émotions

qui traversent un groupe.

 

TROUBLES BIPOLAIRES

Troubles bipolaires et addictions (dossier)

Santé mentale, 223, décembre 2017, pp. 20-61

-       Troubles bipolaires et addictions : la double peine. Marc Masson

-       Addictions : quand suspecter un trouble bipolaire ? Lisa Blecha, Amine Benyamina

-       Modèle comportemental et cognitif de l’addiction. Maurice Dematteis, Lucie Pennel

-       Psychanalyse des troubles addictifs. François Duparc

-       L’évaluation tabagique dans le trouble bipolaire. Katia M’bailara, Sébastien Gard

-       Trouble bipolaire et addiction : l’entretien motivationnem. Guillaume Chabridon, Myriam Pouzet

-       Psychose et addiction, un programme d’ETP spécifique. Yaël Cohen

-       Trouble bipolaire : un dispositif global et innovant. Aroldo A. Dargél, Philippe Cléry-Melin, Chantal Henry

 

VIOLENCES

 

ONDRP. Les atteintes sexuelles dans les transports en commun. Repères, n° 34, Décembre 2017, 11 p.

 http://inhesj.fr/sites/default/files/ondrp_files/publications/pdf/reperes_34.pdf

SOMMAIRE

  • INTRODUCTION   
  • Eléments de profil des victimes
  • L’enquête « Cadre de vie et sécurité » (CVS)
  • Les victimes sont essentiellement des femmes
  • Des Franciliennes plus souvent victimes
  • Les jeunes femmes, particulièrement exposées, le sont d’autant plus si elles sont franciliennes
  • Plus d’une femme victime sur deux est Francilienne
  • Les plaintes pour atteintes sexuelles sur le réseau ferré d’Ile-de-France
  • Eléments descriptifs du mode opératoire
  • De quoi parle-t-on ?
  • L’éventuel continuum de violence 
  • La multiplicité des agressions
  • Le contexte de l’atteinte
  • DEFINITION

 

ONDRP. Les femmes, premières victimes déclarées de violences physiques ou sexuelles. La note de l’ONDRP, n° 12, Mars 2017, 4 p.

 https://inhesj.fr/sites/default/files/ondrp_files/publications/pdf/note_12.pdf

 

 

INED. Les violences dans les espaces publics touchent surtout les jeunes femmes des grandes villes. Population & Société, n° 550, décembre 2017, 4 p.

 https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/27216/550_population.societes.decembre.2017.violences_1.fr.pdf

Les violences auxquelles les femmes sont confrontées dans la rue et les transports sont régulièrement dénoncées. L’enquête Virage, réalisée en 2015 par l’Institut national d’études démographiques, permet de mieux cerner ce que vivent les femmes et les hommes au sein des espaces publics : à quelles violences les personnes sont-elles exposées (verbales, physiques, sexuelles) ? Quelles sont les caractéristiques des personnes les plus touchées ?

 

Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS). Rapport 2017 (données 205 et 2016). Direction générale de l’offre de soin, 62 p.

 http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_onvs_2017_-_donnees_2015-2016_2017-09-18_.pdf

SOMMAIRE

  • INTRODUCTION
  • PRESENTATION DES DONNEES

-       Les régions déclarantes

-       Les types d’établissements déclarants

-       Les évènements signalés

-       Les atteintes aux personnes

-       Les atteintes aux biens

-       Focus sur les services de psychiatrie

-       Focus sur les services de gériatrie – USLD/EPHAD – Gériatrie court séjour

-       Focus sur le service des urgences

  • ANALYSE DES VIOLENCES ENVERS LES PERSONNES

-       Typologie des victimes

-       Typologie des auteurs

-       Les motifs des violences

-       La gestion des évènements de violence

-       Les suites données

  • ANNEXES

-       La fiche de signalement OVS

-       L’échelle de gravité des signalements de l’ONVS

-       Liste des sigles utilisés

 

ARTICLES ANGLOPHONES

 

Bulletin documentaire du 16 décembre 2017 au 12 janvier 2018 de la Fédération des Criavs

 

Balancing Sexual Expression and Risk of Harm in Elderly Persons with Dementia

10 jan. 2018

[Article] ABELLARD Jessica ; RODGERS Carla ; BALES Alicia L. Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law Online, Vol.45 - N°4. December 2017. pp. 485-492

The developmental and criminal histories of subgroups of sexual murderers engaging, or not engaging, in post mortem sexual interference, compared to rapists

[Article] HIGGS Tamsin ; STEFANSKA Ewa B. ; CARTER Adam J. ; et al. Journal of Criminal Justice, Vol.53. November 2017. pp. 92-101

Cognitive-Behavioral Therapy Efficacy for Reducing Recidivism Rates of Moderate- and High-Risk Sexual Offenders: A Scoping Systematic Literature Review

[Article] MPOFU Elias ; ATHANASOU James A ; RAFE Christine ; et al. International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology, Vol.62 - N°1. January 2018. pp. 170-186

Online Child Sexual Exploitation Prevalence, Process, and Offender Characteristics

[Article] KLOESS Juliane A ; BEECH Anthony R. ; HARKINS Leigh. Trauma, Violence, & Abuse, Vol.15 - N°2. April 2014. pp. 126-139

Police officer attitudes to the practicalities of the sex offenders’ register, ViSOR and Child Sexual Abuse Disclosure Scheme in England and Wales

[Article] McCARTAN Kieran ; HOGGETT James ; O'SULLIVAN Jack. Journal of Sexual Aggression. In Press : Articles en pré-publication ; seront publiés prochainement dans un numéro. 01/01/2099