CRIAVS-CENTRE
Centre Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles

Bulletin des références bibliographiques

Bulletin des références bibliographiques (50)

Une sélection tirée des dernières parutions. Ces documents sont consultables dans notre centre de documentation.

Pour les afficher ouvrez le sujet ou cliquez sur "télécharger la pièce jointe" au bas des articles.

NB: Il y a plusieurs pages d'archives

vendredi, 04 novembre 2016 14:12

Références bibliographique sept-nov 2016

Vous pouvez consulter la base de données documentaire des CRIAVS ThèséAS http://theseas.reseaudoc.org/opac/

 

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

 

C. HUGON, A. HARRAULT. 

Le travail psychothérapeutique avec les auteurs de violence sexuelle (A.V.S.) : place et rôle du corporel. Les cahiers de psychologie clinique, 47, 2016/2, pp.169-185

En condamnant les délinquants sexuels à des soins obligés, la justice leur demande d’assumer leur responsabilité et de modifier leur comportement. Ces derniers ont, peut-être plus que d’autres, des difficultés à se mobiliser psychiquement. Les techniques corporelles peuvent se montrer des médiateurs très utiles pour favoriser la mobilisation psychique. Cet article présente un dispositif de soin incluant un travail corporel en groupe thérapeutique et analyse quelques modifications observées au cours de ce type de prise en charge.

 

O. VANDERSTUKKEN.

Les distorsions cognitives chez les auteurs d’agression sexuelle : Validation exploratoire de la Molest Scale, de la Facets of Sexual Offender Denail (FoSOD), et du Croyances Erronées relatives à la Sexualité Générale (CESG).

Thèse de doctorat en Sciences Psychologiques et de l’Education, Université de Mons, Belgique, juin 2016, 233 p.

 

J. PALMA.

Les femmes auteures de violences sexuelles en France : Etude des profils cliniques, psychopathologiques et criminologiques à partir de 64 cas recrutés sur l’ensemble de la métropole.

Thèse de docteur en médecine – Mémoire pour le diplôme d’études spécialisées de psychiatrie, Université de Poitiers, octobre 2016, 139 p.

 

A. SCHLEGEL.

L’influence du Mythe du viol sur le viol conjugal. Historique, conceptualisations et exploration de l’incidence sur la propension au viol.

Mémoire pour le diplôme Inter Universitaire de psychiatrie légale et de criminologie, Université de Poitiers, octobre 2016, 90 p.

 

 

SEXUALITE & HANDICAPS

 

A. GIAMI. 

Sexualité et handicaps : de la stérilisation eugénique à la reconnaissance des droits sexuels (1980-2016). Sexologies, 2016, 25, pp. 93-99

Cet article présente les grandes étapes de la prise en charge de la sexualité des personnes désignées comme handicapées mentales depuis le début des années 1980. Il met en évidence les liens entre les représentations et les pratiques institutionnelles et sociales.

L’étude mobilise des documents produits au cours de cette époque : publications, actes de congrès, avis administratifs et éthiques.

Les analyses font bien apparaître une évolution des idées dans les attitudes et la prise en charge des personnes désignées comme handicapées mentales qui est marquée par une reconnaissance progressive de la sexualité de ces personnes.

 

L. NAYAK.

Les scripts de la sexualité des personnes désignées comme « handicapées mentales ». Sexologies, 2016, 25, pp. 100-106

A partir d’une enquête qualitative réalisée par entretiens avec des personnes considérées comme « handicapées mentales » et des éducateurs spécialisés en France et en Suisse, cet article présente une typologie des scripts sexuels développés par des personnes « handicapées mentales », dans le contexte de promotion du concept de « santé sexuelle » qui se diffuse actuellement dans le milieu de l’éducation spécialisée.

 

P. BRASSEUR. 

De la mixité au droit : sexualité et intimité dans les institutions accueillant malades et handicapés depuis les années 1970. Sexologies, 2016, 25, pp. 107-113

Cet article revient sur la mise en place de la mixité et les réflexions politiques sur la sexualité élaborées au sein d’établissements français accueillant des malades et handicapés durant les années 1970.

 

C. DESHAYS.

Sexualité en institution psychiatrique : commencer une réflexion éthique. Sexologies, 2016, 25, pp. 114-121

En institution psychiatrique, l’évolution des comportements et du droit entraînent des paradoxes : concomitance de la conception paternaliste du soin et de la conception contractuelle du soin, nécessité de protéger des personnes vulnérables et qu’elles puissent exercer leur autonomie. Chaque situation mérite une réflexion éthique approfondie pour interroger les représentations, les valeurs en tension entre la conception du soin et les besoins des patients.

Vous pouvez consulter la base de données documentaire des CRIAVS ThèséAS http://theseas.reseaudoc.org/opac/

PEDOPHILIE

L'Eglise catholique lance un site web pour lutter contre la pédophilie

 http://luttercontrelapedophilie.catholique.fr/

PREVENTION DE LA RECIDIVE

V. LE GALL. Au SPIP de Tours, la prévention de la récidive se pense autrement. La Nouvelle République du 9 juin 2016.

 http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2016/06/09/Au-SPIP-la-prevention-de-la-recidive-se-pense-autrement-2744648

REINSERTION DES DETENUS

P. BENSIMON. Et si tous ces programmes entourant la réinsertion des détenus ne servaient à rien ?Délinquance, justice et autres questions de société, 27 juin 2016

 http://laurent-mucchielli.org/index.php?post/2016/06/27/Et-si-tous-ces-programmes-entourant-la-reinsertion-des-detenus-ne-servaient-a-rien

Le Canada fait figure de modèle en Occident pour ce qui a trait aux programmes de réinsertion et de lutte contre la récidive. Aux dépens d’analyses criminologiques et psychologiques approfondies, aujourd’hui toutes deux reléguées au dernier rang, ces programmes correctionnels sont présentés comme la clé du succès face à la récidive. Il s’agit pourtant avant tout d’une croyance, reposant sur une vision naïve de la plasticité humaine. A ce jour, aucune enquête externe menée en toute indépendance n’a encore été produite quant à leurs coûts et bénéfices réels. Pire : la littérature scientifique fournit tous les éléments pour conclure que ces programmes comportementalistes n’ont pas d’efficacité globale sur une population carcérale composée souvent de criminels endurcis qui ont appris à répondre ce que l’agent du programme veut entendre. Il serait beaucoup plus utile d’utiliser ces fonds publics et ces agents de l’administration pénitentiaire pour donner aux détenus la véritable scolarité et les véritables certifications professionnelles qui leur font si souvent défaut et qui leur seraient d’une aide bien plus sûre le jour où ils voudraient réellement se réinsérer. (résumé d’auteur)

SOINS PSYCHIATRIQUES DANS LES PRISONS

T. FOVET. Des soins psychiatriques dans les prisons françaises. Délinquance, justice et autres questions de société, 11 mai 2016

 http://laurent-mucchielli.org/index.php?post/2016/05/11/Quels-soins-psychiatriques-dans-les-prisons-fran%C3%A7aises

Un récent rapport de l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch, a alerté sur les difficultés actuelles de prise en charge des pathologies psychiatriques dans les prisons françaises. Cette ONG dénonce la double peine que subissent les personnes souffrant de troubles psychiatriques en détention : l’incarcération, et également l’impossibilité d’accéder à des soins adaptés à leur pathologie.

La réalisation d’études épidémiologiques rigoureuses se heurte à de nombreuses contraintes logistiques et d’organisation en milieu pénitentiaire. Cependant, plusieurs travaux internationaux ont pu mettre en évidence, chez les personnes incarcérées, une fréquence des troubles psychiatriques. Toutes les pathologies sont représentées : schizophrénie, trouble bipolaire, dépression, troubles de la personnalité, troubles addictifs, etc. (résumé d’auteur)

VIOLENCE DES ADOLESCENTS

J.M. FORGET. Les violences des adolescents sont les symptômes de la logique du monde actuel. Bruxelles : Yakapa.be, 2016, 34 p.

 http://www.yapaka.be/sites/yapaka.be/files/taviolenceados.pdf

Jean-Marie Forget, propose une approche clinique des adolescents, de leur fragilité, de leur violence mise en scène ou en acte. Pour le professionnel, il importe de comprendre en quoi ces actes traduisent un défaut de sens, une défaillance de la parole afin d’en réintroduire les « dimensions exclues ».

V. LE GOAZIOU. La violence des jeunes : punir ou éduquer ?Bruxelles : Yakapa.be, 2016, 34 p

 http://www.yapaka.be/sites/yapaka.be/files/publication/ta-89-legoaziou-violencejeunes-web.pdf

La violence des jeunes fait l’objet d’inquiétudes grandissantes. Aujourd’hui c’est l’enfant dangereux qui est dénoncé. Ce livre décrit et analyse les lignes de force de ce mouvement. Il tente d’expliciter qui sont ces jeunes délinquants ou violents et quels sont les actes ou les comportements qu’on leur reproche. La pénalisation des actes n’est pas l’unique solution, il convient de redire la force et l’efficacité de la pratique éducative et de la prévention.

européens d’après-guerre, la cause de l’enfant

. Aujourd’hui c’est l’enfant