CRIAVS-CENTRE
Centre Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles

Lamballais

mercredi, 07 novembre 2018 14:42

Conférences-débats forensic

Psychiatrie légale, médecine légale, psychocriminologie :

 
De l’activité médicale et psychologique au droit pénal et à la procédure pénale

 

Cycle de conférences 2018-2019 organisé
par le CHU et l’Université de Tours


OUVERT À TOUS


Jeudi de 18h à 20h, aux Tanneurs : Amphithéâtre A

mercredi, 17 octobre 2018 14:52

Références bibliographiques octobre 2018

ARTICLES FRANCOPHONES

 

 

 

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

 

 

 

DELARUE J.M., et al. Auteurs de violences sexuelles : prévention, évaluation, prise en charge.  Rapport de la Commission d’audition du 17 juin 2018. Paris : Audition Publique, 14-15 juin 2018.

 

Le rapport est consultable :

 

Au centre de documentation du Criavs Centre-Val de Loire

 

sur le site du Criavs Centre-Val de Loire : http://criavs-centre.fr

 

sur le site de la Fédération des Criavs : https://www.ffcriavs.org/la-federation/audition-publique/

 

Ce rapport est la synthèse de l’audition publique sur le thème « Auteurs de violences sexuelles : prévention, évaluation, prise en charge » qui a été conduite à l’initiative de la Fédération Française des Centres Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles (FFCRIAVS) et sous le haut patronage de Mme Agnès Buzyn,  ministre des Solidarités et de la Santé.

 

Il comprend 35 propositions, concernant les agresseurs sexuels, destinées à renforcer la lutte contre les violences sexuelles.

 

 

 

PELLERIN B., ST-YVES M., GUAY J.P. La théorie de l’abusé-abuseur en délinquance sexuelle : Qui dit vrai ? Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice. Vol. 45 –

 

n° 1, janvier 2003, pp. 81-98

 

L’étude vise à comparer des délinquants sexuels qui affirment avoir été abusés sexuellement dans le passé (n=137) avec des délinquants sexuels qui ne rapportent aucune victimisation sexuelle (n=141). Les résultats montrent que les délinquants-victimes sont plus nombreux à avoir été exposés à des modèles familiaux inadéquats, à avoir manifesté certains troubles du comportement avant l’âge de 18 ans et à avoir des antécédents judiciaires pour des crimes sexuels. Ils ont également connu une vie sexuelle plus précoce et se considèrent moins compétents sur le plan sexuel que les délinquants non victimes. Malgré les différences observées entre les 2 groupes de délinquants sexuels, des analyses de covariance révèlent que les troubles du comportement et le développement sexuel sont  davantage influencés par l’exposition à des modèles familiaux inadéquats qua par la victimisation sexuelle. Dans le développement de la délinquance sexuelle et, par conséquent, méritent plus d’attention des chercheurs et des cliniciens.  (Résumé d’éditeur).

 

 

 

LO PICCOLO G.  Groupe et médiation auprès d’adolescents auteurs de violences

 

sexuelles.  Le journal des psychologues. N° 361, 2018/9, pp. 34-39

 

L’introduction de la médiation photographique dans l’espace thérapeutique par le biais du photolangage favoriserait les processus de lien et de symbolisation dans la situation groupale et mettrait en mouvement des processus de contenance et de transformation de la réalité psychique. Une méthode appréhendée dans la prise en charge groupale d’adolescents auteurs de violences sexuelles, dans un contexte d’obligation de soin. (Résumé d’éditeur).

 

 

 

ARTICLES IN PRESS

 

 

 

SOULET E., GARCIA M., ROUCHY E., DELANNOY D., COCHEZ F., PHAM T., MICHEL G.  Psychopathie et risque de récidive sexuelle : analyse critique de la littérature scientifique.  Annales médico-psychologiques, 2018.  In Press (Article en pré publication)

 

L’article recense les études réalisées entre 1992 et 2017 ayant pour objet d’étude la relation entre psychopathie et risque de récidive sexuelle. Si la majorité des recherches semble faire état d’une association positive entre la personnalité psychopathique et le risque de récidive, la nature de cette relation est beaucoup plus complexe en ce qui concerne les recours à l’acte sexuel répétés. Aussi les auteurs ont procédé à un examen approfondi des études déjà réalisées, ceci afin de clarifier l’état actuel des connaissances relatives à cette relation. Ainsi, à l’aide de différents mots-clés (« psychopathy » OR « psychopathic traits » OR « psychopathic personality » OR « PCL-R » AND « sexual recidivisme » OR « persistent sexual offenders ») et à partir de plusieurs bases de données bibliographiques (PubMed , Science Direct et PsycInfo), 24 études effectuées sur cette thématique ont été retenues. Les résultats confirment que la psychopathie apparaît comme un facteur de risque du récidivisme sexuel important mais seulement pour une partie des études. En effet, certaines ont également souligné la présence d’autres facteurs de risque souvent trop peu considérés tels que la déviance sexuelle, le mésusage d’alcool, l’échec au traitement, ou encore les dysfonctionnements cérébraux. Notons également une diversité des méthodologies employées pouvant participer à l’explication des résultats contrastés. En conclusion, la personnalité psychopathique est importante à prendre en compte dans la prévention du risque de récidive sexuelle, mais elle n’est pas suffisante pour constituer un indice prédicteur unique. Dans cette perspective, les auteurs discuterons des liens entre psychopathie et facteurs associés au risque de récidive sexuelle tant d’un point thérapeutique que préventif. (Résumé d’éditeur).

 

 

 

OSWALD P., DUCRO C., ALVAREZ L., PHAM T. Evaluation du sadisme sexuel sévère dans une population médico-légale. Validation francophone de la Sexual Sadism Scale (SESAS).  Annales médico-psychologiques, 2018.  In Press (Article en pré publication)

 

Le sadisme sexuel est associé à un risque élevé de violence sexuelle et de dangerosité générale chez les agresseurs sexuels. Or, son évaluation se heurte à des critères diagnostiques vagues et fait appel à des méthodes idiosyncrasiques qui demandent aux évaluateurs d’inférer les motivations et fantasmes sadiques des individus. La Sexual Sadism Scale (SESAS) est une échelle cumulative qui se base exclusivement sur des éléments de la scène de crime et qui a montré tant une bonne sensibilité qu’une bonne spécificité quant au diagnostic clinique de sadisme sexuel. L’objectif de notre étude est la validation en français de la SESAS. A partir d’un échantillon de 62 agresseurs sexuels, deux évaluateurs ont utilisé une version traduite de la SESAS. Les différentes analyses statistiques nous ont permis de considérer la version francophone de la SESAS comme un outil fiable d’évaluation du sadisme sexuel dans une population médico-légale et de confirmer l’hypothèse dimensionnelle du trouble. (Résumé d’éditeur).

 

 

 

PORNOGRAPHIE  

 

 

 

Le porno est-il devenu un problème de santé publique ? Article parudans  Le quotidien du médecin,  octobre 2018, n° 9692, pp. 12-13

 

 

 

Face au trop plein d’images pornographiques en libre accès sur internet, la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes voudrait imposer des filtres aux éditeurs afin de protéger les mineurs. Sur le sujet, les spécialistes sont partagés sur l’urgence de la situation.

 

Pour le médecin généraliste Gilles Lazimi qui intervient depuis longtemps sur les violences familiales, « il y a lieu bien sûr de protéger les jeunes des contenus webs choquants en les rendant moins accessibles. Mais pour autant la pornographie n’est pas responsable de tous les débordements sexuels ou sexistes. Et il ne faudrait pas, selon lui, oublier le rôle central de la famille et sa responsabilité dans le contrôle et l’éducation des enfants. »

 

Le psychiatre Laurent Karila, spécialiste d’addictologie, s’inquiète de l’exposition de plus en plus fréquente des jeunes à la pornographie sur internet. « Il y a risque de séquelles psychologiques pour les plus jeunes et de troubles hypersexuels, alerte le psychiatre, qui estime que les programmes d’éducation sexuelle doivent intégrer cette nouvelle donne. »

 

 

 

SECRET MEDICAL

 

 

 

LACAMBRE M. Le secret médical est-il opposable au paranoïaque ?  Annales Médico-Psychologiques, 176, 2018, pp. 697-701.

 

Le secret médical est l’objet d’une attention particulière dans les soins, en particulier auprès du sujet paranoïaque. Dans son article l’auteur rappelle le cadre législatif et règlementaire ainsi que ses dernières évolutions autour de l’échange d’informations. Car, bien que le secret soit général et absolu, le partage d’information est nécessaire mais encadré, et doit rester pertinent et non excessif, dans le cadre d’un processus continu avant, pendant et après la réalisation d’un  soin. Par ailleurs, de nombreuses dérogations existent tant du côté de la révélation (signalement, soins sans consentement en péril imminent, menace pour l’ordre public) que du côté de la rétention (délais et conditions stricts de remise de copie du dossier médical aux patients ou à des tiers, non-révélation du diagnostic ou du pronostic.. .). C’est pourquoi, face au « malade du secret » qu’est le patient paranoïaque, le médecin se doit d’être exemplaire.  (Résumé d’éditeur).

 

 

 

VIOLENCES

 

 

 

GRATTON E. , CHAMBERT C. , VITET C.  Groupe de parole sur les violences « Quand l’écho permet la passe ». Dialogue,n° 221, 2018/3, pp. 49-62 

 

Aborder la violence telle qu’elle résonne en chacun dans son actualité singulière et proposer d’en faire « l’écho » collectivement, telle est l’invitation du dispositif en groupe de parole évoqué dans cet article. L’approche des auteurs définit la violence comme polysémique, polymorphe, continuelle, originaire, centrale et problématique. Chacun peut en faire l’expérience au cours de son existence dans divers champs, familial, professionnel, social, voire dans plusieurs, successivement ou simultanément, et selon des positions subjectives variables – auteurs, victimes ou témoins – ou selon encore des configurations complexes. Deux cas cliniques éclairent en quoi le dispositif « groupe de parole » favorise le passage, « la passe », d’une violence programmée par un sujet vers une métabolisation de, ses effets.  

 

(Résumé d’éditeur).

 

ARTICLES ANGLOPHONES

 

 

 

Articles parus dans le bulletin de la Fédération des Criavs du 29 septembre 2018 au 5 octobre 2019

 

 

 

An Opportunity View of Child Sexual Offending: Investigating Nonpersuasion and Circumstances of Offending Through Criminological Lens

 

2 oct. 2018

 

LECLERC Benoît ; PROULX Jean [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 869-882

 

Are Latinos Who Commit Sexual Offenses Different? A Closer Examination of Characteristics and Offense Patterns

 

2 oct. 2018

 

FRAGA DOMINGUEZ Silvia ; JEGLIC Elizabeth ; CALKINS Cynthia ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 846-868

 

Sex Offenders in Prison: Are They Socially Isolated?

 

2 oct. 2018

 

VAN DER BERG Chantal ; BEIJERSBERGEN Karin ; NIEUWBEERTA Paul ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 828-845

 

Patterns of Adverse Childhood Experiences in Juveniles Who Sexually Offended

 

1 oct. 2018

 

BARRA Steffen ; BESSLER Cornelia ; LANDOLT Markus A ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 803-827

 

Approach and Avoidance Tendencies Toward Picture Stimuli of (Pre-)Pubescent Children and Adults: An Investigation in Pedophilic and Nonpedophilic Samples

 

1 oct. 2018

 

WEIDACKER Kathrin ; KÄRGEL Christian ; MASSAU Claudia ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 781-802

 

 

 

Articles parus dans le bulletin de la Fédération des Criavs du 6 au 12 octobre 2018

 

 

 

What does it mean when age is related to recidivism among sex offenders?

 

8 oct. 2018

 

RICE Marnie E. ; HARRIS Grant T. [Article] Law and Human Behavior . Vol.38 - N°2, April 2014. pp. 151-161

 

The home-field advantage and the perils of professional judgment: Evaluating the performance of the Static-99R and the MnSOST-3 in predicting sexual recidivism

 

8 oct. 2018

 

DUWE Grant ; ROCQUES Michael [Article] Law and Human Behavior . Vol.42 - N°3, June 2018. pp. 269-279

 

The Screening Scale for Pedophilic Interests (SSPI): Construct, Predictive, and Incremental Validity

 

8 oct. 2018

 

HELMUS Leslie ; Ó CIARDHA Caoilte ; SETO Michael C. [Article] Law and Human Behavior . Vol.39 - N°1, February 2015. pp. 35-43

 

The Preference for Strangulation in a Sexually Motivated Serial Killer

 

8 oct. 2018

 

PETTIGREW Mark [Article] International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology . In Press, Online First 

 

 

 

 

ARTICLES FRANCOPHONES
AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES
DELARUE J.M., et al. Auteurs de violences sexuelles : prévention, évaluation, prise en
charge. Rapport de la Commission d’audition du 17 juin 2018. Paris : Audition Publique,
14-15 juin 2018.
Le rapport est consultable :
Au centre de documentation du Criavs Centre-Val de Loire
sur le site du Criavs Centre-Val de Loire : http://criavs-centre.fr
sur le site de la Fédération des Criavs : https://www.ffcriavs.org/la-federation/auditionpublique/
Ce rapport est la synthèse de l’audition publique sur le thème « Auteurs de violences
sexuelles : prévention, évaluation, prise en charge » qui a été conduite à l’initiative de la
Fédération Française des Centres Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de
Violences Sexuelles (FFCRIAVS) et sous le haut patronage de Mme Agnès Buzyn, ministre
des Solidarités et de la Santé.
Il comprend 35 propositions, concernant les agresseurs sexuels, destinées à renforcer la
lutte contre les violences sexuelles.
PELLERIN B., ST-YVES M., GUAY J.P. La théorie de l’abusé-abuseur en délinquance
sexuelle : Qui dit vrai ? Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice. Vol. 45 –
n° 1, janvier 2003, pp. 81-98
L’étude vise à comparer des délinquants sexuels qui affirment avoir été abusés sexuellement
dans le passé (n=137) avec des délinquants sexuels qui ne rapportent aucune victimisation
sexuelle (n=141). Les résultats montrent que les délinquants-victimes sont plus nombreux à
avoir été exposés à des modèles familiaux inadéquats, à avoir manifesté certains troubles du
comportement avant l’âge de 18 ans et à avoir des antécédents judiciaires pour des crimes
sexuels. Ils ont également connu une vie sexuelle plus précoce et se considèrent moins
compétents sur le plan sexuel que les délinquants non victimes. Malgré les différences
observées entre les 2 groupes de délinquants sexuels, des analyses de covariance révèlent
que les troubles du comportement et le développement sexuel sont davantage influencés
par l’exposition à des modèles familiaux inadéquats qua par la victimisation sexuelle. Dans le
développement de la délinquance sexuelle et, par conséquent, méritent plus d’attention des
chercheurs et des cliniciens. (Résumé d’éditeur).
LO PICCOLO G. Groupe et médiation auprès d’adolescents auteurs de violences
sexuelles. Le journal des psychologues. N° 361, 2018/9, pp. 34-39
L’introduction de la médiation photographique dans l’espace thérapeutique par le biais du
photolangage favoriserait les processus de lien et de symbolisation dans la situation
groupale et mettrait en mouvement des processus de contenance et de transformation de la
réalité psychique. Une méthode appréhendée dans la prise en charge groupale
d’adolescents auteurs de violences sexuelles, dans un contexte d’obligation de soin.
(Résumé d’éditeur).
ARTICLES IN PRESS
SOULET E., GARCIA M., ROUCHY E., DELANNOY D., COCHEZ F., PHAM T., MICHEL G.
Psychopathie et risque de récidive sexuelle : analyse critique de la littérature
scientifique. Annales médico-psychologiques, 2018. In Press (Article en pré publication)
L’article recense les études réalisées entre 1992 et 2017 ayant pour objet d’étude la relation
entre psychopathie et risque de récidive sexuelle. Si la majorité des recherches semble faire
état d’une association positive entre la personnalité psychopathique et le risque de récidive,
la nature de cette relation est beaucoup plus complexe en ce qui concerne les recours à
l’acte sexuel répétés. Aussi les auteurs ont procédé à un examen approfondi des études déjà
réalisées, ceci afin de clarifier l’état actuel des connaissances relatives à cette relation. Ainsi,
à l’aide de différents mots-clés (« psychopathy » OR « psychopathic traits » OR
« psychopathic personality » OR « PCL-R » AND « sexual recidivisme » OR « persistent
sexual offenders ») et à partir de plusieurs bases de données bibliographiques (PubMed ,
Science Direct et PsycInfo), 24 études effectuées sur cette thématique ont été retenues. Les
résultats confirment que la psychopathie apparaît comme un facteur de risque du récidivisme
sexuel important mais seulement pour une partie des études. En effet, certaines ont
également souligné la présence d’autres facteurs de risque souvent trop peu considérés tels
que la déviance sexuelle, le mésusage d’alcool, l’échec au traitement, ou encore les
dysfonctionnements cérébraux. Notons également une diversité des méthodologies
employées pouvant participer à l’explication des résultats contrastés. En conclusion, la
personnalité psychopathique est importante à prendre en compte dans la prévention du
risque de récidive sexuelle, mais elle n’est pas suffisante pour constituer un indice prédicteur
unique. Dans cette perspective, les auteurs discuterons des liens entre psychopathie et
facteurs associés au risque de récidive sexuelle tant d’un point thérapeutique que préventif.
(Résumé d’éditeur).
OSWALD P., DUCRO C., ALVAREZ L., PHAM T. Evaluation du sadisme sexuel sévère
dans une population médico-légale. Validation francophone de la Sexual Sadism Scale
(SESAS). Annales médico-psychologiques, 2018. In Press (Article en pré publication)
Le sadisme sexuel est associé à un risque élevé de violence sexuelle et de dangerosité
générale chez les agresseurs sexuels. Or, son évaluation se heurte à des critères
diagnostiques vagues et fait appel à des méthodes idiosyncrasiques qui demandent aux
évaluateurs d’inférer les motivations et fantasmes sadiques des individus. La Sexual Sadism
Scale (SESAS) est une échelle cumulative qui se base exclusivement sur des éléments de la
scène de crime et qui a montré tant une bonne sensibilité qu’une bonne spécificité quant au
diagnostic clinique de sadisme sexuel. L’objectif de notre étude est la validation en français
de la SESAS. A partir d’un échantillon de 62 agresseurs sexuels, deux évaluateurs ont utilisé
une version traduite de la SESAS. Les différentes analyses statistiques nous ont permis de
considérer la version francophone de la SESAS comme un outil fiable d’évaluation du
sadisme sexuel dans une population médico-légale et de confirmer l’hypothèse
dimensionnelle du trouble. (Résumé d’éditeur).
PORNOGRAPHIE
Le porno est-il devenu un problème de santé publique ? Article paru dans Le quotidien
du médecin, octobre 2018, n° 9692, pp. 12-13
Face au trop plein d’images pornographiques en libre accès sur internet, la secrétaire d’Etat
chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes voudrait imposer des filtres aux
éditeurs afin de protéger les mineurs. Sur le sujet, les spécialistes sont partagés sur
l’urgence de la situation.
Pour le médecin généraliste Gilles Lazimi qui intervient depuis longtemps sur les
violences familiales, « il y a lieu bien sûr de protéger les jeunes des contenus webs
choquants en les rendant moins accessibles. Mais pour autant la pornographie n’est pas
responsable de tous les débordements sexuels ou sexistes. Et il ne faudrait pas, selon lui,
oublier le rôle central de la famille et sa responsabilité dans le contrôle et l’éducation des
enfants. »
Le psychiatre Laurent Karila, spécialiste d’addictologie, s’inquiète de l’exposition de plus
en plus fréquente des jeunes à la pornographie sur internet. « Il y a risque de séquelles
psychologiques pour les plus jeunes et de troubles hypersexuels, alerte le psychiatre, qui
estime que les programmes d’éducation sexuelle doivent intégrer cette nouvelle donne. »
SECRET MEDICAL
LACAMBRE M. Le secret médical est-il opposable au paranoïaque ? Annales Médico-
Psychologiques, 176, 2018, pp. 697-701.
Le secret médical est l’objet d’une attention particulière dans les soins, en particulier auprès
du sujet paranoïaque. Dans son article l’auteur rappelle le cadre législatif et règlementaire
ainsi que ses dernières évolutions autour de l’échange d’informations. Car, bien que le secret
soit général et absolu, le partage d’information est nécessaire mais encadré, et doit rester
pertinent et non excessif, dans le cadre d’un processus continu avant, pendant et après la
réalisation d’un soin. Par ailleurs, de nombreuses dérogations existent tant du côté de la
révélation (signalement, soins sans consentement en péril imminent, menace pour l’ordre
public) que du côté de la rétention (délais et conditions stricts de remise de copie du dossier
médical aux patients ou à des tiers, non-révélation du diagnostic ou du pronostic.. .). C’est
pourquoi, face au « malade du secret » qu’est le patient paranoïaque, le médecin se doit
d’être exemplaire. (Résumé d’éditeur).
VIOLENCES
GRATTON E. , CHAMBERT C. , VITET C. Groupe de parole sur les violences « Quand
l’écho permet la passe ». Dialogue, n° 221, 2018/3, pp. 49-62
Aborder la violence telle qu’elle résonne en chacun dans son actualité singulière et proposer
d’en faire « l’écho » collectivement, telle est l’invitation du dispositif en groupe de parole
évoqué dans cet article. L’approche des auteurs définit la violence comme polysémique,
polymorphe, continuelle, originaire, centrale et problématique. Chacun peut en faire
l’expérience au cours de son existence dans divers champs, familial, professionnel, social,
voire dans plusieurs, successivement ou simultanément, et selon des positions subjectives
variables – auteurs, victimes ou témoins – ou selon encore des configurations complexes.
Deux cas cliniques éclairent en quoi le dispositif « groupe de parole » favorise le passage,
« la passe », d’une violence programmée par un sujet vers une métabolisation de, ses effets.
(Résumé d’éditeur).
ARTICLES ANGLOPHONES
Articles parus dans le bulletin de la Fédération des Criavs du 29 septembre 2018 au 5
octobre 2019
An Opportunity View of Child Sexual Offending: Investigating Nonpersuasion and Circumstances
of Offending Through Criminological Lens
2 oct. 2018
LECLERC Benoît ; PROULX Jean [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7,
October 2018. pp. 869-882
Are Latinos Who Commit Sexual Offenses Different? A Closer Examination of Characteristics and
Offense Patterns
2 oct. 2018
FRAGA DOMINGUEZ Silvia ; JEGLIC Elizabeth ; CALKINS Cynthia ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of
Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 846-868
Sex Offenders in Prison: Are They Socially Isolated?
2 oct. 2018
VAN DER BERG Chantal ; BEIJERSBERGEN Karin ; NIEUWBEERTA Paul ; et al. [Article] Sexual Abuse: A
Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 828-845
Patterns of Adverse Childhood Experiences in Juveniles Who Sexually Offended
1 oct. 2018
BARRA Steffen ; BESSLER Cornelia ; LANDOLT Markus A ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of
Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 803-827
Approach and Avoidance Tendencies Toward Picture Stimuli of (Pre-)Pubescent Children and
Adults: An Investigation in Pedophilic and Nonpedophilic Samples
1 oct. 2018
WEIDACKER Kathrin ; KÄRGEL Christian ; MASSAU Claudia ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of
Research and Treatment . Vol.30 - N°7, October 2018. pp. 781-802
Articles parus dans le bulletin de la Fédération des Criavs du 6 au 12 octobre 2018
What does it mean when age is related to recidivism among sex offenders?
8 oct. 2018
RICE Marnie E. ; HARRIS Grant T. [Article] Law and Human Behavior . Vol.38 - N°2, April 2014. pp. 151-161
The home-field advantage and the perils of professional judgment: Evaluating the performance of
the Static-99R and the MnSOST-3 in predicting sexual recidivism
8 oct. 2018
DUWE Grant ; ROCQUES Michael [Article] Law and Human Behavior . Vol.42 - N°3, June 2018. pp. 269-279
The Screening Scale for Pedophilic Interests (SSPI): Construct, Predictive, and Incremental Validity
8 oct. 2018
HELMUS Leslie ; Ó CIARDHA Caoilte ; SETO Michael C. [Article] Law and Human Behavior . Vol.39 - N°1,
February 2015. pp. 35-43
The Preference for Strangulation in a Sexually Motivated Serial Killer
8 oct. 2018
PETTIGREW Mark [Article] International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology . In Press,
Online First

mercredi, 10 octobre 2018 11:56

DU Clinique des violences sexuelles

Diplôme Universitaire
 
 
CLINIQUE DES VIOLENCES SEXUELLES :
psychopathologie, prises en charge, évaluations criminologiques et coordination
 

Pour la deuxième année, cette formation est mise en place par l'Université François-Rabelais de Tours (département de Psychologie) et le Centre Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles (CRIAVS) de la région Centre-Val de Loire.

 
Vous trouverez en pièce jointe la plaquette de ce DU Clinique des violences sexuelles  

 

L'affaire du meurtre et du viol d'Angélique, 13 ans, a relancé le débat sur la prise en charge et le suivi des personnes souffrant de pédophilie. 

EXTRAITS :

" (...) Les Criavs, en partenariat avec le projet PedoHelp, rêvent de mettre en place un numéro vert à destination des pédophiles l'année prochaine. Problème : ni le ministère de la Santé ni celui de la Justice ne semblent s'intéresser au projet, notamment en ce qui concerne son financement. (...)"

" (...) Ce dernier argument résonne particulièrement chez David Soffer, le secrétaire général du syndicat des psychiatres français, en activité à Marseille. "Ça fout la trouille car il y a des enjeux de responsabilité. Depuis trois ans, je prends en charge un auteur d'agressions sexuelles sur mineurs condamné par la justice. Il a évolué de manière favorable mais une question ne me quitte jamais : et s'il récidive, qu'est-ce qui va m'arriver ? Est-ce que je vais devoir rendre des comptes à la justice ?", se demande-t-il. Et le praticien de citer cette histoire d'un psychiatre condamné à 18 mois d'emprisonnement avec sursis par la cour d'appel de Grenoble pour avoir autoris é des sorties non surveillées à un patient atteint de psychose délirante chronique. Ce dernier s'est échappé du centre de soins et a mortellement poignardé un étudiant.(...)

ARTICLES FRANCOPHONES

 

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

 

DUCRO C., PHAM T.H., CORTONI F. L’efficacité du traitement des agresseurs sexuels adultes. Revue francophone de clinique comportementale et cognitive, 2017, vol. XXII, n° 3, pp. 25-33

La décennie précédente a connu un renouveau des discussions et débats sur l’efficacité du traitement des Auteurs d’Agressions Sexuelles (ASA). Les modèles de « prévention des rechutes », « d’autorégulation », de « risque, besoin et réceptivité », et de « bonne vie » sont préconisés pour le traitement des délinquants sexuels, offrant aux cliniciens le choix parmi un éventail d’approches. En outre, les concepts de psychologie positive basés sur les forces et les approches humanistes sont décrits comme ayant un effet sur le traitement des délinquants sexuels. Cette revue de la littérature décrit ces modèles, à partir des données théoriques et une approche clarifiée et systématique pour le traitement des ASA. (Résumé d’éditeur).

 

DANGEROSITE

 

BENEZECH M. La législation actuelle face à l’évaluation des comportements violents : l’urgence d’une réforme. Annales médico-psychologiques, avril 2018, vol. 176, n° 4, pp. 404-409

L’examen clinique des malades mentaux, placés sans consentement dans les hôpitaux spécialisés, ainsi que la pratique de l’expertise psychiatrique pénale ne permettent pas, dans leurs conditions actuelles, une évaluation sérieuse de la dangerosité et du risque de récidive violente. L’utilisation de méthodes scientifiques diagnostiques et prédictives est devenue maintenant indispensable. Au pénal, l’expert doit, de plus, prendre en compte les données réelles de l’infraction : degré de préméditation, organisation de la scène de crime, dynamique et typologie des violences, contexte relationnel et environnemental, victimologie, informations du dossier judiciaire. L’expertise psychiatrique traditionnelle doit laisser la place à une analyse criminologique pluridisciplinaire, complète, intégrant l’ensemble des facteurs individuels et collectifs, subjectifs et objectifs. (Résumé d’éditeur).

 

PRISON

 

SOINS PSYCHIATRIQUES AUX PERSONNES DETENUES (dossier). Santé mentale, 227, avril 2018, pp. 25-91

Toutes les pathologies psychiatriques sont surreprésentées en prison, et un quart des détenus souffrant de troubles psychiatriques présentent une comorbidité addictive. Face à une pénalisation accrue de la folie, quels sont les enjeux éthiques et cliniques pour la psychiatrie ? Comment soigner et penser la rencontre avec l’autre dans des contraintes de temps et d’espaces maximales ? Comment établir des frontières claires avec le judiciaire pour négocier les conditions du soin psychique.

 

THOMAS P. Prison : l’enjeu majeur des soins psychiatrique, pp. 26-31

Les pays européens voient augmenter de façon inédite la prévalence des troubles mentaux en milieu pénitentiaire. La détention aggrave les troubles de ces populations précaires, augmente les ruptures de soin et majore le risque de récidive.

 

FOVET T., PLANCKE L., THOMAS P. Prévalence des troubles psychiatriques en prison, pp. 32-38

Les études soulignent la prévalence importante de tous les troubles psychiatriques en prison, avec une surreprésentation des dépressions, des troubles psychotiques et des comorbidités addictives.

 

HAZAN A. Soins psychiatriques aux détenus : les constats du CGLPL, pp. 40-45

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) dresse un constat accablant de la prise en charge de la santé mentale des personnes incarcérées : pathologies lourdes aggravées par l’enfermement, risque de suicide accru ; Il réaffirme le principe d’une égalité réelle d’accès aux soins et de traitements entre patients détenus et population générale.

 

BODON-BRUZEL M., TOUITOU D.  Etre schizophrène en détention, pp. 46-51

En prison, l’expression clinique de la schizophrénie est fréquemment en lien avec le régime carcéral et sa valence pro-psychotique : risque important de déréalisation, interprétations délirantes se focalisant sur les surveillants ou les autres détenus.

GIRAVALLI P., SIRERE S. Clinique de l’espace et du temps en prison, pp. 52-56 

Comment apporter des soins psychiatriques aux personnes détenues, penser la clinique et rencontrer l’autre, dans un contexte où les contraintes de temps et d’espace sont maximales ?

TANVEZ G. Penser le soin psychique en prison, pp. 59-64

Le service de soins psychiatriques ambulatoires aux détenus (SPAD) est un dispositif de soins original indépendant des services judiciaires et pénitentiaires. Les 4 L (lieu, imites, lois, langage) servent de balises avec le détenu.

BURNET N., ESVAN M. Secret médical et éthique en prison, pp. 66-71

En milieu carcéral, les multiples interfaces santé/justice rendent particulièrement délicate la protection de la confidentialité. Pourtant, il n’y a pas de soins de qualité sans confidences de confidences sans confiance, de confiance sans secret.

 

ROUGIE F. Solides comme un roc ? pp. 72-73

Dans ce Travail de fin d’études (TFE), un étudiant en soins infirmiers s’interroge sur ses émotions dans le contexte d’une situation clinique complexe. Sa réflexion permet de décrire en creux le travail des soignants en Unités hospitalières spécialement aménagées (USHA).

BENSUSSAN P. La pénalisation de la folie, pp. 74-77

Pour se garder de l’arbitraire, le psychiatre expert doit s’appuyer sur la clinique et des arguments objectifs, et non pas sur des idéologies quant aux fonctions du procès et de la peine.

PROTAIS C. Irresponsabilité pénale : les enjeux de l’expertise, pp. 79-83

L’analyse des expertises psychiatriques depuis les années 1960 montre qu’elles concluent de plus en plus souvent à la responsabilité des malades mentaux criminels et donc à leur détention. Que traduit cette évolution ?

LANCELEVEE C. Les tensions morales de la « prison-asile », pp. 85-89

Aujourd’hui, la « prison-asile » accueille et exclut, soigne et surveille. Dans ce contexte, les imbrications entre les logiques d’assistance et de contrôle induisent des tensions morales pour les groupes professionnels qui exercent en milieu carcéral.

 

ARTICLES ANGLOPHONES

 

Bulletin documentaire du 2 au 8 juin 2018 de la Fédération Française des Criavs

 

Mixed Emotions: An Incentive Motivational Model of Sexual Deviance

4 juin 2018

SMID Wineke ; WEVER Edwin C [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . In Press, Online First

Fantasy-Driven Versus Contact-Driven Users of Child Sexual Exploitation Material: Offender Classification and Implications for Their Risk Assessment

4 juin 2018

MERDIAN Hannah L. ; MOGHADDAM Nima ; BOER Dougals P. ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°3, April 2018. pp. 230-253

The Role of Psychopathic Traits in the Development of the Therapeutic Alliance Among Sexual Offenders

4 juin 2018

WALTON Ashleigh ; JEGLIC Elizabeth ; BLASKO Brandy L. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°3, April 2018. pp. 211-229

“Adding fuel to the fire”? Does exposure to non-consenting adult or to child pornography increase risk of sexual aggression?

4 juin 2018

MALAMUTH Neil [Article] Aggression and Violent Behavior . In Press (Articles en pré-publication ; seront publiés prochainement dans un numéro), 01/01/2099

Sexual assault interventions may be doing more harm than good with high-risk males

4 juin 2018

MALAMUTH Neil ; HUPPIN Mark ; LINZ Daniel [Article] Aggression and Violent Behavior . In Press (Articles en pré-publication ; seront publiés prochainement dans un numéro), 01/01/2099

 

Bulletin documentaire du 9 au 15 juin 2018 de la Fédération Française des Criavs

 

Some effects of EMDR on previously abused child molesters: Theoretical reviews and preliminary findings

11 juin 2018

RICCI Ronald J ; CLAYTON Cheryl A ; SHAPIRO Francine [Article] Journal of Forensic Psychiatry & Psychology . Vol.17 - N°4, December 2006. pp. 538-562

Sex Offender Supervision: Communication, Training, and Mutual Respect Are Necessary for Effective Collaboration Between Probation Officers and Therapists

11 juin 2018

NEWSTORM Nicholas P. ; MINER Michael ; HOEFER Chris ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . In Press, Online First

“This Time It’s Different” Preparing for Release Through a Prison-Model of CoSA: A Phenomenological and Repertory Grid Analysis

11 juin 2018

KITSON-BOYCE Rosie ; BLAGDEN Nicholas ; WINDER Belinda ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . In Press, Online First

The Virtuous Circle: A Grounded Theory Exploration of the Good Lives Model

11 juin 2018

RYAN Miriam ; McCAULEY Mathew ; WALSH Davina [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . In Press, Online First

Violences sexuelles, l’affaire de tous

Le meurtre d’Angélique par une personne déjà condamnée pour agression sexuelle éclaire à
nouveau un phénomène complexe ancien dont les réponses sont à nouveau débattues, en
l’absence de véritable consensus.


Pourtant des dispositifs existent, exploités de manière incomplète


Sur le plan législatif, la loi du 17 juin 1998 a inventé un dispositif original qui permet une
articulation étroite entre la Santé et la Justice via l’injonction de soin. 20 ans après sa création,
des juridictions ne peuvent la prononcer faute de médecins volontaires formés (médecins
coordonnateurs), aucun recueil descriptif national n’a été réalisé, aucune évaluation de ses
effets n’a été proposée.


Sur le plan judiciaire et pénitentiaire, l’encadrement des agresseurs sexuels condamnés est
spécifié, par exemple via des remises de peines soumises à des soins en milieu carcéral,
l’orientation des auteurs d’infractions à caractères sexuels condamnés vers des établissements
dédiés où interviennent des équipes de soins spécialisées… Mais au-delà des murs de la
prison, l’accompagnement reste aléatoire, le plus souvent faute de moyen, alors que le modèle
RBR (Risque, Besoin, Receptivité) et la justice restaurative, tous deux inscrits dans la loi du
15 aout 2014 relative à l’individualisation des peines, et qui ont démontré leur intérêt dans de
nombreux pays, ne sont pas mis en oeuvre.


Sur le plan psychiatrique, les soignants débordés et peu formés à ces suivis médicojudiciaires,
sont rarement enclins à prendre en charge des troubles complexes, présentés par
des personnes contraintes à des soins pénalement ordonnés, aux comportements dangereux,
présentant un risque de récidive.


Après ce nouveau drame, que faire aujourd’hui ?


Avoir recours aux 24 Centres Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de
Violences Sexuelles (CRIAVS) : conformément à leurs missions définies par circulaires, ces
équipes pluri disciplinaires réparties sur l’ensemble du territoire national, animent des réseaux
et soutiennent les professionnels, proposent de la documentation, de l’information et des
formations sur les violences sexuelles ainsi qu’un soutien à la prise en charge de leurs auteurs,
développent des recherches et des stratégies de prévention autour des violences sexuelles.


Utiliser le réseau d’appel « écoute et orientation », mis en place par la Fédération
Française des CRIAVS (FFCRIAVS) ou créer un numéro vert pour toutes les personnes en
difficulté avec leur fantasmes et/ou pulsions sexuelles, afin de proposer une prise en charge
avant le passage à l’acte.


Soutenir l’audition publique des 14 et 15 juin prochain « Auteurs de violences sexuelles :
prévention, évaluation, prise en charge ». Cette mise à jour des recommandations sur les
auteurs de violences sexuelles, structurée selon le référentiel de la Haute Autorité de Santé,
offrira une opportunité sans précédent pour le grand public, le législateur et les
professionnels, d’éclairer d’un jour nouveau cette problématique, et de faire émerger
ensemble des solutions innovantes efficaces.


Pour plus d’information : www.ffcriavs.org

ARTICLES FRANCOPHONES

 

 

AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES

DUCRO C., PHAM T.H., CORTONI F. L’efficacité du traitement des agresseurs sexuels adultes. Revue francophone de clinique comportementale et cognitive, 2017, vol. XXII, n° 3, pp. 25-33

La décennie précédente a connu un renouveau des discussions et débats sur l’efficacité du traitement des Auteurs d’Agressions Sexuelles (ASA). Les modèles de « prévention des rechutes », « d’autorégulation », de « risque, besoin et réceptivité », et de « bonne vie » sont préconisés pour le traitement des délinquants sexuels, offrant aux cliniciens le choix parmi un éventail d’approches. En outre, les concepts de psychologie positive basés sur les forces et les approches humanistes sont décrits comme ayant un effet sur le traitement des délinquants sexuels. Cette revue de la littérature décrit ces modèles, à partir des données théoriques et une approche clarifiée et systématique pour le traitement des ASA. (Résumé d’éditeur).

DANGEROSITE

 

BENEZECH M. La législation actuelle face à l’évaluation des comportements violents : l’urgence d’une réforme. Annales médico-psychologiques, avril 2018, vol. 176, n° 4, pp. 404-409

L’examen clinique des malades mentaux, placés sans consentement dans les hôpitaux spécialisés, ainsi que la pratique de l’expertise psychiatrique pénale ne permettent pas, dans leurs conditions actuelles, une évaluation sérieuse de la dangerosité et du risque de récidive violente. L’utilisation de méthodes scientifiques diagnostiques et prédictives est devenue maintenant indispensable. Au pénal, l’expert doit, de plus, prendre en compte les données réelles de l’infraction : degré de préméditation, organisation de la scène de crime, dynamique et typologie des violences, contexte relationnel et environnemental, victimologie, informations du dossier judiciaire. L’expertise psychiatrique traditionnelle doit laisser la place à une analyse criminologique pluridisciplinaire, complète, intégrant l’ensemble des facteurs individuels et collectifs, subjectifs et objectifs. (Résumé d’éditeur).

 

 

HANDICAP

 

GARDIEN E. Relations sexuelles : égalité devant la loi, inégalités en situation de handicap. Rhizome, 2016/2, n° 60 : Sexualités, pp. 14-15

Une étude comparative, mise en œuvre par l’équipe « Sexualité, Société, Individu » d’une unité de l’INSERM, a permis de prendre la mesure des écarts constatables entre les comportements sexuels de la population française et ceux des Français en situation de handicap. Trois constats saillants peuvent être retenus : tout d’abord, une moindre fréquence des relations sexuelles pour les adultes handicapées au regard e la population générale. Cette différence en termes de fréquence des relations sexuelles est considérablement renforcée si l’adulte handicapé est hébergé en institution. Enfin l’hébergement en institution a également une influence défavorable sur la possibilité pour les personnes handicapées de se marier.

 

 

HARCELEMENT MORAL

 

ELGHAZOUANI F., BARRIMI M., AARAB C., et al. Harcèlement moral : enquête au centre hospitalier universitaire de Fès au Maroc. Annales médico-psychologiques, vol. 176, n° 4, avril 2018, pp. 337-342

Le harcèlement moral est un phénomène surreprésenté aussi bien dans le secteur de la santé que dans le champ de l’enseignement. Le personnel de santé, qui est confronté à la souffrance, à la maladie et la mort, sera, sous les effets du harcèlement moral, confronté aussi à sa propre souffrance, à des conséquences sur sa propre santé et des cas extrêmes à l’atteinte de sa propre vie. Le but de cette étude est d’estimer la prévalence du harcèlement moral au centre hospitalier universitaire de Fès et de décrire ses aspects cliniques. L’institution hospitalière n’est pas épargnée. Le harcèlement moral est source de souffrance au travail et de fragilisation des individus, il est susceptible d’entretenir la souffrance psychique.

 

 

INTERNET ET SEXUALITE DES ADOLESCENTS

 

GRAVILLON I. LIAISONS DANGEREUSES ? L’école des parents, janvier, février, mars 2018, n° 626, pp. 32-38

Contrairement aux idées reçues, les possibilités qu’offre la Toile en matière de diffusion des images et de rencontres ne jouent pas en soi un rôle nocif sur la sexualité des ados. Pour accompagner les jeunes dans cette découverte, cherchons à comprendre leur usage amoureux du Web et, plutôt que de fantasmer le danger, essayons de l’identifier.

OBLIGATION DE SOIN

ROYER-MENY J.-L. « C’est je juge qui m’oblige à venir ». Santé mentale, mars 2018, 226, pp. 15-19

Le blocage relationnel est un risque fréquent avec des personnes placées sous main de justice (PPSMJ), en obligation de soin (OS). Pour engager cette rencontre prescrite par le tiers judiciaire, l’auteur, infirmier, mobilise les apports de l’hynose, sans faire de consultation « formelle » d’hypnose. Des adhésions inattendues aux soins argumentent en faveur d’une clinique infirmière du lien, plus spécifiquement « attentionnelle ». Le déplacement contrôlé de l’attention est plus précisément utilisé. Il suscite auprès de ce public des expériences thérapeutiques qui le réarticulent au corps social. Comme autre bénéfice, la pensée infirmière se structure un peu plus dans une perspective transdisciplinaire.

PEDOPHILIE

VLACHOPOULOU X., MISSONNIER S. Le passage à l’acte pédophile et les enjeux psychopathologiques du téléchargement : un virtuel protecteur ? Annales médico-psychologiques, mars 2018, n° 3, Vol. 176, pp. 301-304

Cet article vise à explorer les enjeux qui sous-tendent la pédopornographie en ligne et le fonctionnement psychique de ces sujets « téléchargeurs », comme ils sont communément dénommés. Qu’est-ce qui pousse certains à visionner des images sans jamais passer à l’acte alors que d’autres vont avoir un usage mixte ou que d’autres vont directement agresser des enfants sans passer par des visionnages d’images ou vidéos ? C’est une question essentielle tant sur le plan de la prévention que de la prise en charge des personnes présentant un trouble pédophilique.

PROSTITUTION DES MINEURS

MELON A. Réseaux parallèles. L’école des parents, janvier, février, mars 2018, n° 626, pp. 53-55

Phénomène délaissé par les institutions, l’exploitation sexuelle des mineurs serait en France en augmentation notable. Les nouvelles technologies sont sur le banc des accusés : quel rôle jouent-elles réellement dans cette évolution ?

PORNOGRAPHIE EN LIGNE

ROHMER T. Il faut protéger les enfants. L’école des parents, janvier, février, mars 2018, n° 626, pp. 48-49

L’Open (L’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique), qui propose des dispositions législatives pour protéger les mineurs des contenus visuels à caractère porno, insiste aussi sur l’accompagnement des parents.

 

SEXUALITE – INITIATION SEXUELLE

BAROU J. Répression ou liberté… sous contrôle. L’école des parents, janvier, février, mars 2018, n° 626, pp. 58-60

Internet, grand pourvoyeur d’imagerie érotique, est-il vecteur d’éducation ou de corruption ? Comment se conjugue-t-il avec les modalités habituelles d’initiation à la sexualité ?

 

 

 

 

ARTICLES ANGLOPHONES

 

Bulletin documentaire du 24 au 30 mars 2018 de la Fédération des Criavs

 

Coercive Sexual Behaviour in British Prisons as Reported by Adult Ex-Prisoners

27 mars 2018

BANBURY Samantha. [Article] The Howard Journal of Crime and Justice, Vol.43 - N°2. May 2004. pp. 113-130

Disparate reports of stress and family relations between youth who commit sexual crimes and their caregivers

27 mars 2018

YODER Jamie R ; DILLARD Rebecca ; STEHLIK Larraine. [Article] Journal of Sexual Aggression, Vol.24 - N°1. 2018. pp. 114-124

A qualitative analysis of nonoffending partners’ experiences and perceptions following a psychoeducational group intervention

27 mars 2018

CAHALANE Hilary ; DUFF Simon. [Article] Journal of Sexual Aggression, Vol.24 - N°1. 2018. pp. 66-79

 

Bulletin documentaire du 31 mars au 6 avril 2018 de la Fédération des Criavs

 

Sexsomnia as a Defense in Repeated Sex Crimes

4 avr. 2018

MOHEBBI Amir ; HOLOYDA Brian J ; NEWMAN William J [Article] Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law Online . Vol.46 - N°1, March 2018. pp. 78-85 Disponible sur : http://jaapl.org/content/46/1/78

Linking Mental Disorder and Risk in Sexually Violent Person Assessments

4 avr. 2018

WEINBERGER Linda E ; SREENIVASAN Shoba ; AZIZIAN Allen ; et al. [Article] Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law Online . Vol.46 - N°1, March 2018. pp. 63-70 Disponible sur : http://jaapl.org/content/46/1/63

The Notion of Truth and Our Evolving Understanding of Sexual Harassment

4 avr. 2018

RECUPERO Patricia R [Article] Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law Online, Vol.46 - N°1, March 2018. pp. 23-30 Disponible sur : http://jaapl.org/content/46/1/23

Multisystemic therapy for juvenile sexual offenders: 1-year results from a randomized effectiveness trial

3 avr. 2018

LETOURNEAU Elizabeth J. ; HENGGELER Scott W ; BORDUIN Charles M. ; et al. [Article] Journal of Family Psychology , Vol.23 - N°1, February 2009. pp. 89-102

Economic impact of multisystemic therapy with juvenile sexual offenders

3 avr. 2018

BORDUIN Charles M. ; DOPP Alex R [Article] Journal of Family Psychology . Vol.29 - N°5, June 2015. pp. 687-696

 

Bulletin documentaire du 7 au 20 avril 2018 de la Fédération des Criavs

A Validation Study of the Child Pornography Offender Risk Tool (CPORT)

19 avr. 2018

EKE Angela W ; HELMUS L. Maaike ; SETO Michael C. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . In Press, Online First

Do Sex Offenders Have Higher Levels of Testosterone? Results From a Meta-Analysis

19 avr. 2018

WONG Jennifer S ; GRAVEL Jason [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°2, March 2018. pp. 147-168

The Relationships Between Victim Age, Gender, and Relationship Polymorphism and Sexual Recidivism

19 avr. 2018

STEPHENS Skye ; SETO Michael C. ; GOODWILL Alasdair ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°2, March 2018. pp. 132-146

An Evaluation of a Community-Based Psycho-Educational Program for Users of Child Sexual Exploitation Material

19 avr. 2018

GILLESPIE Steven M ; BAILEY Alexandra ; SQUIRE Tom ; et al. [Article] Sexual Abuse: A Journal of Research and Treatment . Vol.30 - N°2, March 2018. pp. 169-191

Risk Assessment of Adolescents with Intellectual Disabilities Who Exhibit Sexual Behavior Problems or Sexual Offending Behavior

19 avr. 2018

BLASINGAME Gerry D [Article] Journal of Child Sexual Abuse . In Press, Online First