CRIAVS-CENTRE
Centre Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles

Organisateur

jeudi, 29 mai 2014 20:14

Références Mai Juin 2014

Au sommaire de cette sélection:

Adolescent et Internet

Dossier Santé Mentale l'Agitation

Enquète sur la récidive des condamnés

vendredi, 17 juillet 2015 00:00

Sexe et Droit - Bordeaux - 09 Octobre 2015

SEXE ET DROIT

Vendredi 09 Octobre 2015 – Bordeaux

 

Si Sexe renvoie à diverses notions (anatomie, genre ou sexualité de manière plus générale), Droit revêt lui aussi des dimensions multiples désignant tant les dispositions juridiques qui régissent les relations des individus au sein d'une société que la faculté reconnue à une personne de jouir d'une chose ou d'accomplir une action.

Le sexe, dans ses différentes acceptions, est encadré par de nombreuses règles juridiques, légales, réglementaires ou jurisprudentielles. Comment le Droit peut-il réglementer et donc « normer » une sexualité complexe, plurielle, évolutive ? Jusqu'où le doit-il ? Comment déterminer ici les frontières des libertés individuelles ?

Si certains comportements, socialement tolérés aujourd'hui, ont totalement disparu du champ pénal (l'adultère, l'homosexualité et plus récemment le « racolage passif »), d'autres ont vu leurs définitions juridiques évoluer (le harcèlement sexuel), certaines notions, telle celle d'inceste, ayant même fait une courte apparition en matière pénale avant de disparaître.

Par ailleurs, à côté de ce « droit du sexe », entendu comme réglementation, se pose la délicate question d'un « droit au sexe » qui concernerait tous les sujets pour lesquels l'accès à la sexualité est entravé, que ce soit en raison d'une privation de liberté (hospitalisation sans consentement, incarcération) ou d'un déficit d'autonomie (handicap).

Ainsi, dans un contexte social en évolution constante, au carrefour de considérations juridiques, éthiques, sociales et médicales, le colloque se propose d'interroger les relations entre Sexe et Droit, au moyen d'approches historiques, juridiques, sociales et médicales et de débattre de ces questions de manière pluridisciplinaire.

Information et inscription

ERIOS (CRIAVS Aquitaine )

05 56 56 67 45 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

SEXES ET MÉDECINE

Vendredi 19 septembre 2014 Marseille

CHU Timone, Amphi HA 1 - 8h30 – 17h45

L’histoire de la médecine, son évolution et ses révolutions tiennent autant à la nature des objets qu’on lui demande de traiter qu’aux progrès techniques et aux savoirs produits. Que les catégories préexistent aux savoirs ou qu’elles en soient le produit, le normal ou le courant, l’anormal ou l’atypique, le sain et le pathologique s’en trouvent redéfinis. Si la médecine fait son autocritique et maintient une réflexion épistémologique et éthique, dans la tradition scientifique de Bachelard et Canguilhem, les mutations sociales et les influences d’autres conceptions de la médecine et de ses usages viennent remettre en cause ne conception paternaliste du soin et de la prise en charge.

Le sexe (organes, référence à l’espèce et à la reproduction sexuée, la sexuation, la sexualité, les comportements sexuels etc.) est aujourd’hui un objet d’étude tel qu’il a donné lieu à un champ interdisciplinaire : la sexologie. Réalité de la plainte, de la demande et de la réponse, les discours sur les sexes se diversifient et prennent des détours parfois surprenants.

Le curseur de la maladie ne semblant plus la porte d’entrée vers le cabinet du médecin, ce qui fonderait l’action médicale de nos jours ne serait plus une distinction entre normal et pathologique, mais entre possibilité et impossibilité, technique légale et éthique. Ainsi, l’obligation de résultat et non plus de moyens est apparue dans le champ de la chirurgie esthétique, mais dès lors, comment redéfinir ce qui est de l’ordre de la réparation, de la reconstruction ou de la démarche esthétique ? Plus encore que se passe-t- l quand la médecine rencontre les préoccupations sociales contemporaines, notamment sur les questions sexuelles ?

De l’éthique du bien à l’espoir du mieux, la médecine concourt-elle à l’atteinte d’un idéal de perfection aujourd’hui supposé atteignable ? De l’homme réparé à l’homme augmenté, quel idéal social nous renvoie cet art d’autrefois

Pré-programme

Présidente de séance : Mireille Bonierbale

Modérateurs : Dr Éric Kania, Dr Anne-Sophie Perchenet.

8h30 : Accueil des participants.

9h : Allocution de bienvenue

9h – 9h45 : Les médecins face à la question du sexe et des sexualités entre

XVIIIe et XXe siècles. Delphine Peiretti, agrégée d'histoire, ATER à l'Université

d'Aix-Marseille / Francesca Arena chercheure post-doctorante à l'iEH2,

Faculté de Médecine de l'Université de Genève, chercheure associée à

TELEMME (UMR 6570)

9h45 – 10h30 : La médecine sexuelle en question: fonctionner, réparer,

augmenter ? Dr Marie-Hélène Colson, médecin-sexologue.

10h30 – 10h45 pause café

10h45 – 11h30 : Savoir, technique et demande (titre provisoire). Dr Pierre

Lamothe, psychiatre.

11h30 – 12h: débat matinée

Pause-déjeuner

14h – 14h45 : Quand la médecine ne traita plus les problèmes sexuels

comme des péchés ou des déviations. Dr Mireille Bonierbale, psychiatre,

sexologue.

14h45 – 15h30 : L'épidémie à VIH/sida comme fait social total - Histoires

croisées : approches sociologique et en santé communautaire. Jean

Christophe Mattéi, socio-anthropologue de la santé et acteur de la lutte contre

le Sida en santé communautaire.

15h30 – 15h45 Pause café

15h45 – 16h30 Par delà le principe de la perversion. Dr Jean-Claude

PENOCHET, psychiatre.

16h30 – 17h15 Le compulsif et le tyran. Transformations des figures de la

sexualité pathologique (XIXe-XXe). Claude-Olivier DORON, maître de

conférences en histoire et philosophie des sciences, Université Paris

Diderot/SPHERE-Centre Canguilhem.

17h15 – 17h45 débat final

17h45 : Clôture des débats et conclusion.

 

Information et inscription

Crir-Avs Paca - Fabienne Clergue

04 91 83 90 33 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 
Ce lien vers le site de la radio France Inter reprend l'affaire d'agression sexuelle du métro de Lille et le thème de la non assistance à Personne en danger

(soit le célèbre "effet du spectateur" en psychologie sociale de Latané et Darley)

Des documents audio sont à écouter

lundi, 21 avril 2014 21:00

Références Mars Avril 2014

Estime de Soi

Travail en Equipe

Hôpial: souffranc et violence en milieu hospitalier

Soins sous contrainte

Placement sous surveillance de sureté

lundi, 21 avril 2014 20:26

Guide des soins sans consentement 2014

L’association des établissements participants au service public de santé mentale (ADESM) a réalisé un guide des soins sans consentement.

Ce guide est constitué de fiches pratiques décrivant chacune des procédures d’admission en soins sans consentement en alertant les lecteurs sur les points de vigilance quotidienne observée dans la pratique des établissements et issus de l’interprétation de la jurisprudence.

Veuillez trouver ci-joint le guide

Sexe et Société

Toulouse - 27/05/2014

« Ce qui fut se refait ; tout coule comme une eau. Et rien dessous le Ciel ne se voit de nouveau. Mais la forme se change en une autre nouvelle. Et ce changement, Vivre, au monde s’appelle ». Ce qu’écrit poétiquement Pierre Ronsard se retrouve dans les rapports entre sexe et société.

Dans nos sociétés et à travers les âges, la notion de "sexe" renvoie à des sens différents : aux organes distinctifs mâle/femelle; aux parties génitales; au genre féminin/masculin mais aussi à un ensemble de pratiques relevant du "sexe" ("instincts" et désirs). Ces différents sens rattachés à la notion de "sexe" sont révélateurs de contextes historiques mais aussi de champs théoriques spécifiques (droit, médecine, science, sociologie, etc.). En effet, les formes de relation entre le sexe et la société n’ont cessé de changer selon les contextes temporaux-spatiaux, ainsi que le montre l’analyse  de Michel Foucault au sujet de la « sexualité », dans ce qu’il nomme « les Plaisirs à l’époque antique, la Chair à la période théocratique du moyen-âge et de l’époque classique, la Sexualité à l’époque dite moderne concernant la période du 18ème siècle à aujourd’hui  ».

De plus à travers des registres normatifs (des systèmes de codification) se construisent socialement des définitions de l'objet « sexe », mais aussi des proscriptions et des prescriptions, des indications et des contrindications, qui visent à réguler et accompagner le comportement des individus.

Mais comme le disait Pierre Bourdieu, "en sciences sociales le langage de la règle est souvent l'asile de l'ignorance ". Derrière les discours normatifs existent tout un ensemble de pratiques sociales aussi nombreuses que variées, qui elles, n'obéissent pas nécessairement à des normes explicites. Ce non conformisme participe à la transformation et au changement de la société. L'idée de la journée sera de présenter et d'analyser les dimensions sociales du « sexe », dans le souci d’interroger cette tension entre des registres normatifs particuliers et la réalité des pratiques.

La matinée, sera consacrée premièrement au fait que le "sexe" chez les animaux ne se réduit ni à l'hétérosexualité ni à la reproduction et deuxièmement au rapport, chez les humains, entre sexe et genre. L'après-midi sera consacré à la question de la « sexualité » au regard des codes contemporains. Derrière les discours sur la « libération sexuelle », la « banalisation du sexe » et la «dramatisation du sexe », quelle est la réalité des pratiques sexuelles en France ? Quels sont les nouveaux registres normatifs qui, aujourd'hui, influencent les pratiques sexuelles (question du risque avec le VIH et question de la pornographie), et leurs traitements institutionnels (éducatif, judiciaire, sanitaire) ?

Programme en PJ au bas de cette page

 

Information et inscription

CRIAVS Midi-Pyrénées - Corinne Honoré

05.61.14.90.10 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

mercredi, 24 septembre 2014 00:00

Conférence en vidéo: T.Goguel d'Allondans

Conférence proposée par Thierry Goguel d'Allondans le Vendredi 04 Juillet de 10h à 12h salle 121 aux Halles de Tours

Enregistrement diffusé avec l'aimable autorisation de l'auteur, dont les propos constituent la propriété intellectuelle.

La vie affective des adolescents en situation de handicap

S’il ne faut pas prendre le sujet pour son symptôme (la puberté n’est pas l’apanage des petits « normopathes »), la situation de handicap pénalise le processus de socialisation, le rapport à l’autre. À partir de quelques exemples, nous essayerons de cerner les évolutions sociétales et, partant, les enjeux des accompagnements socio-éducatifs et thérapeutiques. De 1799 (capture d’un « enfant sauvage » nommé Victor de l’Aveyron) à la Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 (pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées) : qu’est-ce qui a changé ?

Thierry Goguel d’Allondans est éducateur spécialisé et anthropologue. Il se partage entre la formation des travailleurs sociaux (Ifcaad-Schiltigheim), l’enseignement à l’Université de Strasbourg (Espe) et la recherche (Laboratoire « Dynamiques Européennes »-Umr 7367). Il mène parallèlement des missions ethnographiques (Congo Brazzaville, Mayotte…) et des recherches en socio-anthropologie de l’adolescence. Il est, par ailleurs, le rédacteur en chef de la revue trimestrielle Cultures & Sociétés. Sciences de l’Homme (Téraèdre). Parmi ses derniers ouvrages : Le travail social comme initiation. Anthropologies buissonnières (avec Jean-François Gomez, érès, 2011) ; Traditions orales du Congo-Brazzaville. L’usage de la parole chez les Kòongó (avec Valérie Béguet, Téraèdre, coll. « Les enfants écrivains de la brousse », 2012).


 

Avis du 6 février 2014 sur la mise en œuvre de la rétention de sureté par Jean- Marie Delarue, contrôleur officiel des lieux de privation de liberté, journal officiel de la république française.

Quelques données :

    • Le CSMJS de Fresnes, seule structure de ce type en France, a été inauguré le 6 novembre 2008 et est implanté dans les locaux de l’établissement public national de santé de Fresnes (EPSNF).
    • De 2011 à 2013, quatre personnes ont été placées au CSMJS (pour des durées allant de 41 à 88 jours) selon la procédure de placement provisoire en urgence pour manquements aux obligations imposées par une surveillance de sûreté (article 723-37 du code de procédure pénale).

Les observations développées par le CGLPL dans cet avis aboutissent à la formulation des préconisations suivantes sur la mise en œuvre de la rétention de sûreté :

  • La prise en charge des personnes en rétention de sûreté apparait, en pratique, très similaire au régime pénitentiaire. Le CSMJS n’étant pas juridiquement une prison, des éclaircissements sur le régime applicable à la rétention de sûreté sont nécessaires.
  • Du fait du faible nombre de placements en rétention de sûreté, il n’existe pas de réel programme d’activités et le suivi médico-psychiatrique, tel qu’initialement prévu, ne peut être mis en œuvre. La prise en charge doit être sérieusement enrichie et adaptée à des présences encore pour longtemps peu nombreuses et vraisemblablement fugaces.
  • Une sérieuse réflexion sur le bien fondé d’une privation de liberté appliquée aux personnes ayant méconnu les obligations d’une surveillance de sûreté, au regard des principes de la loi pénale, est nécessaire.

L’enquête sur place au centre socio-médico-judiciaire de sûreté de Fresnes a donné lieu à un rapport, communiqué au chef d’établissement, directeur de l’établissement public national de santé.

Accédez à l'intégralité de l’avis sur le site du CGLPL en cliquant ici

lundi, 31 mars 2014 20:52

Harcèlement

Publication d'une circulaire pour la lutte contre le harcèlement sexuel dans les 3 fonctions publiques

PARIS, 28 mars 2014 dépèche APM 

Une circulaire sur la lutte contre le harcèlement sexuel et moral dans les trois fonctions publiques a été publiée jeudi sur le site circulaire.legifrance.gouv.fr.

Emanant du ministère de la réforme de l'Etat, de la décentralisation et de la fonction publique, cette circulaire, datée du 4 mars, précise les nouvelles dispositions relatives aux délits de harcèlement sexuel et moral prévues par la loi n°2012-954 du 6 août 2012 et décrit leur impact dans les trois versants de la fonction publique.

"Outre l'appréhension du harcèlement sexuel et moral par le statut général sous l'angle du triptyque prohibition/protection/répression, la circulaire rappelle que les situations de souffrance liées à ces agissements au sein de l'administration rendent impérieuses, en amont, la mise en oeuvre de mesures préventives", soulignent les auteurs en introduction de la circulaire d'une vingtaine de pages.

Ils indiquent ainsi que "la première des préventions repose sur le devoir, pour l'autorité hiérarchique, de faire cesser l'existence de troubles dans le service".

Ils rappellent que les comportements de harcèlement sont contraires à la déontologie des agents publics et des valeurs de la fonction publique.

Ils insistent également sur le fait que la prévention du harcèlement "doit être articulée avec la démarche globale de prévention de l'ensemble des risques auxquels sont exposés les agents", en particulier dans le domaine de l'hygiène, de la sécurité et des conditions de travail.

Les auteurs précisent par ailleurs la procédure d'alerte et le droit de retrait en cas de harcèlement sexuel ou moral.

Ils soulignent aussi "l'importance stratégique" revêtue par la formation initiale comme la formation continue en matière de prévention du harcèlement sexuel ou moral.

Circulaire n°SE1 2014-1 du 4 mars 2014 relative à la lutte contre le harcèlement dans la fonction publique (Cliquez le titre pour accéder)

san/eh/APM polsan

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

SNRCR005 28/03/2014 09:59 ACTU

©1989-2014 APM International.

 

Sur le thème du harcèlement voir aussi: