CRIAVS-CENTRE
Centre Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles

lundi, 20 avril 2015 08:39

Références bibliographiques Avril 2015

Écrit par 

Avril 2015

CENTRE DE DOCUMENTATION

DEFORGES, Régine. Toutes les femmes s'appellent Marie. Paris : Hugo & Cie, 2012. –124 p.desforges

Marie est jeune, belle et veuve. Elle aime plus que tout son fils handicapé mental, Emmanuel, qui ne peut littéralement pas se détacher de cette mère tant aimée. À l'adolescence, le trop-plein d'amour d'Emmanuel transforme radicalement la relation entre la mère et le fils. Radicalement et dangereusement, selon la morale établie. Un texte entêtant qui pose la question dérangeante mais nécessaire de la sexualité des handicapés : comment appréhende-t-on les besoins physiques et affectifs des personnes dont la différence ne permet que rarement une sexualité dite "normale" ? Toutes les femmes s'appellent Marie est un roman d'engagement, dans la lignée des combats que Régine Deforges mène pour le droit des femmes et la liberté d'expression. [Résumé d'éditeur]

 

 

JEAMMET, Jacques. Pour nos ados, soyons adultes. Paris : Odile Jacob, 2010. 314 p. jeammet

 

C’est toujours un peu soi-même qu’on aime dans son Enfant et ce sont souvent ses propres besoins affectifs qu’on Cherche à combler par cet amour. À l’adolescence, plus que jamais, cet amour doit être tempéré par la compréhension des vrais besoins de son enfant pour se développer et épanouir ses potentialités.

 

Pour vivre, les adolescents ont besoin que les adultes sachent tenir leur place et imposer, comme nécessaires et naturels, leur soutien, leur  accompagnement, leur autorité.

 

Plus que tout, ils ont besoin que ces mêmes adultes témoignent, par leur existence, de l’intérêt que la vie a en elle-même, indépendamment des échecs, des souffrances, des déceptions inévitables. Philippe JEAMMET, l’un des plus grands spécialistes français de l’adolescence, nous livre ici un témoignage unique pour les adolescents, les parents, pour nous tous. [Résumé d'éditeur]

 

 

HARRAULT, Alain, SAVINAUD, Claude. Les violences sexuelles d’adolescents. Faits de société ou histoire de famille ? Toulouse : Erès, 2015. 296 ppapys

Dans les médias ainsi que dans les consultations, les adolescents auteurs de violence sexuelle sont de plus en plus nombreux. Ils viennent interroger les soignants dans leur clinique et leur pratique, à l'instar de la société qui a bien du mal à contenir l’émotion suscitée et à réagir au mieux en évitant la banalisation ou la précipitation. À l’initiative du Centre ressource pour les intervenants auprès des auteurs de violence sexuelle (CRIAVS), cet ouvrage réunit des professionnels et des chercheurs venus d’horizons différents. Ils y abordent la problématique des adolescents  abuseurs sexuels sous un angle à la fois anthropologique, historique, clinique, juridique, et ouvrent des perspectives soignantes sans simplification ni dogmatisme. [Résumé d’éditeur]

« Cet ouvrage tente de penser cette violence impensable pour leurs agresseurs et propose des pistes de réflexion concernant leur prise en charge dans l'espoir de les mettre sur le chemin de leur humanisation. Donner sens à ces conduites horribles pour que la sexualité ne soit pas une arme utilisée contre l'angoisse mais au contraire comme une forme de lien à l'autre et comme une des voies – pleine de plaisir dans la rencontre avec l’autre reconnu dans son altérité – de la subjectivation. » François Marty.

 

GIAMI, Alain. Des sexualités et des handicaps. Questions d’intimités. Nancy : PUN, 2013. 489 p. giami

Le 4 septembre 2012, le premier ministre Jean-Marc AYRAULT adressait à ses ministres une circulaire recommandant « la prise en compte du handicap dans l'ensemble des politiques publiques ». Si la considération des personnes en situation de Handicap tend à devenir un impératif sociétal majeur, les aspects touchant à leur qualité de vie commencent seulement à être abordés. Ceci est particulièrement le cas lorsqu'il est question de sexualité, et plus largement d’intimité, thèmes qui cristallisent les difficultés des personnes elles-mêmes et de tous ceux qui les entourent : famille, amis, accompagnants, professionnels.

Cet ouvrage propose de recenser et d’explorer différentes questions qui traversent actuellement le champ dit du handicap, en rassemblant diverses contributions émanant de spécialistes des disciplines concernées (psychologues, sociologues, juristes, médecins,…) et des usagers : Y-a-t-il un droit à la sexualité ? Comment gérer les relations et notamment la mixité en institution ? L’assistance sexuelle est-elle possible et pour qui ?...Le sujet est vaste et les questions nombreuses.

 

 

BRIE, Guillaume. Des pédophiles derrière les barreaux. Comment traiter un crime absolu ? Paris : L’Harmattan, 2014. 243 p. Brie

Les violences sexuelles perpétrées sur les enfants conduisent de plus en plus d’hommes en prison et ils y restent de plus en plus longtemps. Les interventions institutionnelles soulignent l’indignité qui frappe ces condamnés. À partir d’un travail d’enquête par entretiens approfondis et par observations, Guillaume Brie analyse comment s’organise la société contemporaine par rapport à ce type de comportement. Il a travaillé à la fois auprès des détenus condamnés pour ces faits et auprès des agents de détention (psychologues, psychiatres, conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation, surveillants, magistrats). L’analyse des discours recueillis lui permet d’identifier les processus qui co-construisent une pluralité des points de vue et de comprendre comment les rapports de force se dessinent autour de la question des comportements de violence sexuelle envers les enfants. Les résultats font apparaître une lutte des représentations autour de la figure du « pédophile ». Dans certains contextes, on voit ainsi des travailleurs sociaux imiter le discours des psychothérapeutes, ceux qui soignent juger et ceux qui ont charge de punir faire preuve d’empathie. Du côté des condamnés, on note que les mieux dotés en capitaux légitimes (notamment les plus diplômés) sont souvent considérés comme des « manipulateurs » qui compliquent la prise en charge médico- sociale, notamment en contestant le codage judiciaire des actes commis. [Résumé d'éditeur]

 

 

 

 

Lu 750 fois